Guide des émotions
Par Michelle Larivey, psychologue
Ressources en Développement









La pitié
Une émotion mixte

| Avant d'imprimer ce document | Mise en garde |
| Les quatre types d'expériences émotives | Pour explorer d'autres expériences émotives! |



Des exemples

  1. Mon fils se débrouille mal dans la vie. J'en ai pitié.
  2. Je ne lui en veux pas de m'avoir ainsi escroqué; il me fait plutôt pitié!
  3. Je viens de voir un film sur la famine. Ces gens misérables qui continuent à mettre des enfants au monde pour les laisser mourir de faim m'inspirent de la pitié.

Qu'est-ce que la pitié ?

La pitié n'est pas une émotion en soi. C'est cependant une expérience émotionnelle qui masque des émotions, notamment le mépris, qui est composé de colère et de peur. Dans le cas particulier de la pitié, la colère prend la forme de révolte. Notre pitié s'adresse à des personnes pour lesquelles nous n'avons pas d'estime.


À quoi sert la pitié ?

Cachée sous une apparence socialement acceptable et même synonyme de grandeur d'âme, cette expérience émotionnelle est plus facile à accepter que le mépris, autant celui qui la vit et par celui qu'elle vise.

Exemple 1. Il est difficile d'accepter la déception causée par notre enfant et encore plus le mépris que sa conduite nous inspire. La peur que contient le mépris nous porte à une certaine réserve par rapport à la colère qui en fait aussi partie. D'une certaine façon, il est donc avantageux de considérer mon fils comme un incapable: cela me permet de ne pas le tenir totalement responsable de sa situation. Et s'il n'est par vraiment responsable, il n'est pas légitime de lui en vouloir. Par cette contorsion d'une partie de la réalité, je parviens à éviter de vivre avec la révolte qu'il déclenche en moi. La pitié est donc un aménagement approprié pour éviter l'affrontement potentiel.

Dans le même esprit, il m'est probablement plus facile d'avoir pitié du fraudeur (deuxième exemple). De cette façon, je n'ai pas à vivre ma révolte et, par exemple, à devoir l'attaquer en justice ou le confronter directement.

Par définition, la personne dont nous avons pitié n'est pas à la hauteur de nos standards. C'est avec une certaine arrogance que nous l'évaluons inapte à améliorer sa condition. Dans le troisième exemple, le jugement que nous portons sur l'inaptitude à vivre du peuple concerné est à peine voilé. Le recours à la condescendance est le stratagème psychique qui nous évite d'assumer notre révolte devant leur condition. Cette révolte est masquée parce qu'elle nous semblerait odieuse dans les circonstances.

Il est difficile, en effet, d'assumer cette colère impuissante à l'égard de personnes qui sont en difficulté. Ce n'est pas vraiment pour eux que nous faisons montre de pitié. C'est plutôt pour nous-mêmes: parce que nous n'osons pas affirmer ce que nous vivons réellement.

La pitié est donc une expérience émotionnelle trompeuse, comme le sont la culpabilité-camouflage et quelques autres.


Pour en savoir plus sur les quatre types d'expériences émotives!

Pour explorer d'autres expériences émotives!


Couverture du livre
Voyez aussi:

La puissance des émotions
Par Michelle Larivey

Éditions de l'Homme, 2002
ISBN 2-7619-1702-2
334 pages, 26.95 $can

Préface Jacqueline C. Prud'homme, ts
psychanalyste, thérapeute familiale


ReD Tous droits réservés © 2001 par Ressources en Développement inc.
Nous n'exprimons aucune opinion concernant les annonces google
Si vous voulez reproduire ou distribuer ce document, lisez ceci
Communiquer avec ReD