poésie psychologie humaniste
Ressources en Développement
Les psychologues humanistes !

Adam et Ève
À la recherche d'un paradis tordu


Une allégorie sur les interactions en couple.

Cette série illustre le développement et le durcissement
de noeuds dans nos relations.


| Avant d'imprimer ce poème | Mise en garde | D'autres textes poétiques! |



Adam et Ève

Refroidissement


Inspiré par l'étiolement des lunes de miel


    Depuis le jour Un
    Adam et Ève sont serrés coeur à coeur.
    Chaque jour
    leur sourire se fond dans l'autre
    et les lignes de leurs mains s'imbriquent
    telles un labyrinthe menant à l'euphorie.

    Lune après lune
    ils bougent ainsi, corps à corps
    le coeur ouvert
    comme l'antilope à l'abri des prédateurs.

    Puis, le temps
    imperceptiblement
    s'étend lentement sur la décade de leur amour.

    Aujourd'hui
    Adam se détourne légèrement (pour respirer).
    Ève n'aime pas
    soulève un regard ardent.
    Adam courbe légèrement .

    Aujourd'hui
    Ève tourne parfois le dos (pour renouveler son regard).
    Adam n'aime pas
    éteint un froid soubresaut.

    Pourquoi, maintenant, un soleil si pâle?
    Parce que le diapason a perdu le rythme?


    Adam et Ève dansent tête à tête.
    Adam s'écarte (pour s'amuser).
    Ève n'aime pas
    soulève un regard piquant
    Adam courbe amplement.

    La nuit est un corps à corps
    Ève s'écarte à bout de bras (pour s'étirer).
    Adam n'aime pas
    éteint un tressaillement.

    Sur la fin des nuits,
    la lune pâlit
    mais, pour le lever du jour.
    ils sont là, peau à peau.


    Puis, à même le temps qui court
    Adam fixe son regard
    sur un profil
    à l'horizon.

    Puis, à même le temps qui s'étire,
    Ève suit de la main
    un mouvement
    à l'horizon.

    Pourquoi le soleil au ralenti?
    Les coeurs seraient-ils écartés?


    Adam assis sur une pierre...
    l'oeil d'Ève flotte sur la mer...
    Ils cherchent l'étoile
    l'étoile qu'ils tenaient au creux de leurs mains liées
    jadis.

    Recherche vaine.

    Le coeur un peu sec
    ils se lamentent
    déplorent
    que les lunes pâlissent
    et qu'elles étendent leur ombre entre les êtres.





Pour trouver d'autres textes poétiques!


ReD Tous droits réservés © 1999-2004 par Michelle Larivey