Ressources en Développement
Les psychologues humanistes branchés !

Agressivité et affirmation

Par Michelle larivey, psychologue

| Avant d'imprimer ce document | Mise en garde | Retour à l'article | Autres articles |



Vos questions et nos réponses



Vous avez une question qui demeure sans réponse ?


Question: Exprimer ma différence et conflits interpersonnels

Comment exprimer sa différence, son désaccord sans provoquer de conflits ? J'ai l'impression si je m'exprime qu'il va y avoir conflit, dispute. Et cela arrive. Je ne suis jamais d'accord, et l'on dit que je suis négative. Faux. En réunion associative, avec certaines personnes il ne faut pas les contredire. Il faut donc rester calme, et posée, je ne sais pas très bien faire, car la colère m'envahit devant la nullité des gens.

Réponse

Il ne s'agit pas surtout d'éviter les conflits comme de savoir composer avec eux. Par définition, le fait d'exprimer des opinions différentes, d'avoir nos propres réactions, de manifester nos besoins particuliers comme de vivre ouvertement selon nos propres valeurs, tout ça peut facilement provoquer des heurts.

Cependant, le terme conflit ne réfère pas à la même réalité pour tout le monde. Pour certains il y a conflit dès que l'autre manifeste du mécontentement. Pour d'autres un échange musclé est synonyme de mésentente. Enfin, d'autres parlent de conflit lorsqu'il y a une lutte pour détruire ou pour empêcher quelque chose.

Lorsque je choisis d'affirmer un point de vue différent, je dois m'attendre à déranger. Est-ce que je ferai seulement lever quelques sourcils ou si je lancerai un débat animé? Est-ce que je vais me faire des ennemis? Cela dépend souvent de la manière dont j'introduis mon idée.

Si mon but n'est pas de heurter, mais plutôt de faire valoir une idée, il faut que je m'exprime de manière à atteindre cet objectif. Pour y parvenir, je dois tenir compte de mon interlocuteur, du contexte dans lequel nous sommes et souvent même du "momentum" comme disent les journalistes sportifs. En effet, il ne sert à rien de provoquer des résistances à mes propos ou de me mettre à dos les gens que je désire influencer.


Comment faire?

Parfois il est bon de me souvenir que tout le monde déteste se faire traiter d'imbécile. Je peux me rappeler également que beaucoup n'aiment pas se faire dire qu'ils sont dans l'erreur et que presque tous sont indisposés par l'arrogance. Ces rappels peuvent m'aider à aborder mes interlocuteurs avec une attitude qui ne suscite pas automatiquement leur résistance ou des réactions hors sujet.

Si nous sommes sensibles au ton de nos interlocuteurs, nous pouvons souvent détecter leurs réactions profondes. Très souvent, ces réactions portent sur notre attitude plus que sur nos idées. On peut souvent déceler, sous un "je ne suis pas d'accord" un peu sec, un message plus fondamental comme "tu t'imagines peut-être détenir le monopole de la vérité!" Une objection apparemment anodine comme "je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée" cache parfois une réaction bien plus intense comme celle-ci: "je n'ai aucune envie de t'écouter car tu ne tiens aucunement compte de mon point de vue".

Pour obtenir une ouverture de la part de l'autre il me faut moi-même faire preuve d'ouverture. Essentiellement, il s'agit

  1. de comprendre son point de vue (même s'il ne me plaît pas)
  2. et de reconnaître ce qu'il contient de bon à mes yeux. (Si je n'y trouve rien de bon, je puis au moins reconnaître ce qu'il présente de bon pour celui qui le défend.)
C'est ensuite seulement que je pourrai présenter mes idées comme un autre point de vue ou comme une bonification du leur.

Question: La colère contre une institution

Vous parlez souvent de la nécessité d'exprimer sa colère, à la personne concernée. Comment faire lorsque notre colère s'adresse à une institution plutôt qu'à un individu? Quoi faire quand la responsabilité de traiter votre problème est partagée par plusieurs personnes de cette institution et qu'on dirait que personne n'est responsable de répondre à votre demande?

Réponse

La réponse est disponible dans Les émotions source de vie

Question: L'idéal: une vie sans agressivité

Le bouddhisme prône une vie sans agressivité. Nombreux sont les Occidentaux qui se tournent vers cette pratique pour apporter un peu de paix dans leur vie et l'offrir à leurs contemporains. Ne trouvez-vous pas que le monde serait une meilleure place pour vivre s'il était sans agressivité?

Réponse

La réponse est disponible dans Les émotions source de vie

Question: Agressivité, agression, colère, combativité

Je suis d'accord pour dire que l'agressivité est inhérente à l'être humain est vrai. Mais affirmer qu'elle lui est indispensable m'apparaît dangereux. Cela peut servir de caution à ceux qui ont tendance à la déverser à tort et à travers.

Réponse

La réponse est disponible dans Les émotions source de vie


Vous avez une question qui demeure sans réponse ?

Vous avez une question qui demeure sans réponse ?
Deux options vous sont offertes:


  1. Une question personnelle à laquelle vous voulez une réponse individuelle.

    Le psy virtuel est à votre disposition. Pour 50$ (canadiens) un de nos psychologues consacrera 30 minutes à vous répondre s'il estime pouvoir vous être vraiment utile. Il s'agit d'un genre de consultation individuelle et vous aurez la réponse en 3 jours.

    Voyez les détails ici: http://redpsy.com/virtuel/question.html


  2. Une question de clarification ou d'approfondissement dont la réponse est publiée sur le site.

    Les auteurs des articles répondent gratuitement aux questions d'intérêt général. Les réponses sont des principes généraux dont chacun doit évaluer la pertinence pour sa propre situation. Il s'agit d'une intervention éducative et non d'une consultation personnelle. Les psychologues répondent à la fin du mois aux questions qui concernent l'article du mois courant. Ils répondent aux autres questions au moment qui leur convient.

    Il vous suffit de nous faire parvenir votre question à cette adresse:


    ReD Tous droits réservés © 2001 par Ressources en Développement inc. Communiquer avec ReD