Ressources en Développement
Les psychologues humanistes !









L'amour contact
Par Jean Garneau , psychologue

Cet article est tiré du magazine électronique
" La lettre du psy"
Volume 5, No 3: Mars 2001


| Avant d'imprimer ce document | Mise en garde | Autres articles |


Résumé de l'article

Dans la série d'articles sur les mythes amoureux, il faut une description de ce que la relation amoureuse peut être lorsqu'elle n'est pas détournée par des joutes stériles ou des illusions néfastes. Selon Jean Garneau, l'amour est un sport de contact: une activité à la fois physique, mentale et émotive où deux êtres vraiment distincts se rencontrent. Ils peuvent être à la fois partenaires et adversaires, se rapprocher et s'éloigner, s'appuyer et se confronter. La qualité de la relation dépend directement de leur capacité de passer souplement d'un rôle à l'autre tout en demeurant, chacun, un individu à part entière.

Cet article illustre comment le fait de cultiver le contact réel entre individus distincts et autonomes est le meilleur moyen de garder la relation amoureuse forte et vivante, créatrice de bien-être, de satisfaction et d'épanouissement individuel. Il s'agit d'une réponse aux mythes qui tuent souvent les amours naissantes, une réponse qui redonne à la vie le pouvoir qui lui revient.


Table des matières
    A. Introduction
    B. Pourquoi le contact ?
    C. Les dimensions de l'amour contact
    1. Une activité
    2. Physique, mentale et émotive
    3. Deux personnes
      • Des différences
      • Une rencontre
    4. Une relation
      • La satisfaction est le but principal
      • Partenaires ou adversaires
      • Rapprochement-éloignement
    D. Intermède

Vous pouvez aussi voir:
Vos questions liées à cet article et nos réponses !




A. Introduction


Cet article est le plus important de la série sur les mythes amoureux car il présente une vision de la relation amoureuse saine. Il sert à comprendre les problèmes que nous examinons dans cette série, mais il est en même temps le modèle fondamental auquel nous pouvons comparer nos relations pour vérifier si elles vont bien. Par la même occasion, il présente une solution générale aux problèmes que nous identifions dans ces relations.

À cause de l'importance que nous leur accordons et du nombre de besoins qu'elles touchent, nos relations amoureuses concernent l'ensemble de ce que nous sommes. Si elles sont saines, elles intègrent harmonieusement la satisfaction de la plupart de nos besoins.

L'expression "amour contact" résume bien les caractéristiques d'une relation amoureuse saine. C'est en effet la qualité du contact qui la rend capable de répondre adéquatement aux besoins importants des deux partenaires à la fois, et de favoriser leur épanouissement comme personnes et comme êtres vivants.


B. Pourquoi le contact ?


Il y a bien des façons de définir nos relations amoureuses et chacun de nous a la sienne. Mais il est difficile d'en trouver une qui ne fasse pas partie d'un mythe amoureux. La plupart du temps, en effet, c'est à partir des défis que nous voulons éliminer de notre existence que nous créons ces définitions.

Les autres articles de cette série l'illustrent assez bien. Par exemple, la personne qui trouve difficile de s'assumer avec ses différences est tentée de définir la relation amoureuse idéale comme une forme d'acceptation inconditionnelle. De même, si nous refusons nos limites, nous sommes attirés par la solution du grand amour aveugle et absolu.

Cette conception de la relation amoureuse échappe à plusieurs de ces pièges car elle s'appuie sur une dimension fondamentale de la vie elle- même: le contact direct. Comme on peut le voir dans "Une théorie du vivant", les échanges avec l'environnement font partie des caractéristiques essentielles de tous les êtres vivants. Ces échanges sont le moyen fondamental qui nous permet de nous nourrir pour renouveler l'énergie nécessaire à notre vie et notre croissance. Le contact direct est justement l'activité qui permet ces échanges.

Définir la relation idéale par le contact direct, c'est donc la définir par le fait qu'elle supporte adéquatement la vie et la croissance. Plus précisément, on peut dire que l'amour contact favorise la vitalité et le développement des personnes impliquées et de la relation elle- même.

C'est donc d'une relation qui sert à notre épanouissement individuel et à celui du couple à la fois que nous parlons ici. Une relation qui nous aide à être plus vivants et à nous épanouir. Tout le contraire, en somme, d'une relation dont le but serait l'évitement des défis de la vie (la mort, la solitude, la liberté et la finitude). (Voyez à ce sujet le chapitre 7 "Implications existentielles" dans "L'auto- développement: psychothérapie dans la vie quotidienne".)


C. Les dimensions de l'amour contact


Il est assez évident qu'il y a un lien important entre la relation amoureuse et le contact entre les deux personnes. C'est lorsqu'on examine plus précisément les dimensions de ce contact que ça se complique.


1. Une activité

Bien des personnes considèrent l'amour comme un sentiment ou un état émotif. Au risque de choquer, je préfère le considérer plutôt comme une action ou une activité. Cette façon de l'aborder met l'accent sur la contribution active que nous apportons au développement et au maintien de la relation amoureuse. Au lieu d'apparaître comme "quelque chose qui nous arrive" ou une simple réaction intérieure à la situation, l'amour se présente alors comme une réalité que nous pouvons provoquer et faire évoluer dans les directions que nous choisissons.

Nous connaissons tous une personne qui attend patiemment de "tomber en amour" lorsqu'elle aura rencontré "l'âme-soeur", la personne "qui est faite pour elle". Nous savons tous combien cette vision de la relation amoureuse la met dans une position passive où la chance devient la principale responsable de son bonheur.

Si cette passivité prenait fin dès que le hasard lui fait rencontrer l'élu de son coeur, le dommage serait limité. Mais on constate que, la plupart du temps, l'évolution de la relation est également laissée à la merci des événements. L'amour grandit et s'éteint en fonction des situations qui se présentent. Un revers de fortune, un rival trop efficace, une infidélité au mauvais moment, un désaccord important ou un succès au travail peuvent tous être suffisants pour provoquer la fin de la période amoureuse.

Il suffit de considérer l'amour comme une activité pour changer radicalement le cours des événements. S'il s'agit d'une action, on ne peut se satisfaire d'attendre que le hasard nous présente la personne qui nous est réservée. Il faut

  1. chercher les personnes qui pourraient nous convenir,
  2. établir le contact avec ces personnes en fonction de ce que nous recherchons,
  3. développer la relation en explorant diverses zones d'intimité, de complicité et de complémentarité et
  4. travailler à la résolution des conflits qui surviennent inévitablement.
En considérant l'amour comme une activité, on en fait une entreprise et on se rend responsable de sa qualité ainsi que de ses retombées. On y gagne un pouvoir considérable qui compense largement pour le poids des responsabilités qui en découlent.


2. Physique, mentale et émotive

Ce qui fait la richesse et l'intérêt tout particulier de la relation amoureuse, c'est le fait qu'elle nous touche à tous les niveaux à la fois. Si on élimine une dimension, la qualité de la relation et la plénitude des satisfactions que nous y trouvons sont gravement affectées. Dans la mesure où la relation se développe et prend de l'importance, elle tend naturellement à s'étendre à toutes les dimensions de notre être.

L'amitié est un excellent exemple de cette tendance à l'envahissement. Il est rare que deux personnes soient proches et intimes au plan émotif sans qu'elles en viennent à éprouver une attirance sexuelle ou un désir de rapprochement physique. C'est ce qu'on dit implicitement en soulevant la question classique: "L'amitié est-elle possible entre un homme et une femme ?"

Cette tendance envahissante des relations satisfaisantes est présente dans d'autres situations. Les personnes qui se sont rencontrées parce qu'elles avaient des intérêts, des idées ou des valeurs en commun finissent très souvent par devenir attachées au plan émotif. Il en va de même pour les personnes qui, au départ, n'attendaient qu'une satisfaction sexuelle de leur relation; lorsque cette satisfaction est d'une qualité supérieure, l'attachement personnel en découle naturellement comme on l'a illustré dans les films "Pretty woman" et "Irma la douce".

C'est bien normal: comme tous les êtres vivants, nous avons naturellement tendance à fonctionner de façon unifiée. Chaque dimension de nous-mêmes rejoint nos autres aspects et exerce sur eux son influence. La relation amoureuse est celle où cette unité fondamentale se manifeste le plus clairement et celle où nous souhaitons le plus souvent nous impliquer totalement.

Mais malheureusement, cette qualité d'implication est toujours difficile à atteindre. Elle exige de nous respecter et de nous assumer de façon bien globale. Pour nous investir de façon aussi complète, nous avons besoin d'être ouvertement présents, d'être vraiment fidèles à nous-mêmes. (Voir "Fidèle à moi-même".) Ce n'est pas tout le monde qui est prêt à prendre souvent le risque de cette façon d'être sensible et affirmatif à la fois.

C'est pourquoi nous sommes facilement tentés de limiter cette invasion de notre vie par la relation. Si nous y parvenons, c'est toujours au détriment de la vitalité et de la force de la relation. Par exemple, le fait d'établir une frontière infranchissable entre ma relation amoureuse et mon univers professionnel limite considérablement ma communication dans deux secteurs essentiels de ma vie. Ma relation amoureuse est protégée, mais elle est privée de tout ce qui m'importe vraiment dans mon travail. Et mon univers professionnel souffre d'un appauvrissement analogue.


3. Deux personnes

Le contact implique un point de rencontre entre deux entités distinctes. Dans le cas d'une relation amoureuse, c'est d'une rencontre entre deux personnes que nous parlons. Et cette rencontre exige qu'il s'agisse de deux personnes différentes.

    a. Des différences
Cet aspect peut paraître simple et évident, mais c'est un des défis les plus exigeants de la relation amoureuse. La place qu'on accorde aux différences entre les partenaires compte pour beaucoup dans la qualité du lien et dans son évolution.

Au départ, nous avons tendance à apprécier les différences; ce sont elles qui stimulent l'intérêt de l'exploration et de la découverte. Mais déjà, il s'agit d'une personne que nous avons choisie en grande partie parce qu'elle nous ressemble. Nous avons naturellement tendance à nous rapprocher des personnes qui ont les mêmes valeurs, les mêmes objectifs, les mêmes loisirs que nous. Spontanément, nous évitons les personnes dont les différences nous amènent à remettre nos habitudes en question.

Et il arrive souvent que ça ne s'améliore pas avec le temps. Cette différence intéressante qui ajoute du piquant à notre vie et "fait partie de son charme" devient rapidement un défaut à corriger, une défectuosité pour laquelle nous exigeons un changement. La différence devient même un motif de séparation.

Il faut bien le reconnaître: il est exigeant de partager notre quotidien avec une personne dont les habitudes, les préférences et les priorités sont différentes des nôtres. Ces différences nous heurtent, nous remettent en question, nous forcent à nous adapter, nous amènent à réévaluer nos choix.

    Au début, elle aimait bien son côté voyou. Ça chatouillait agréablement sa mentalité de fille "bien élevée" et ça la provoquait à se soucier davantage de vérité et moins des apparences. Elle découvrait avec envie un univers où il se passait des choses inhabituelles. Mais maintenant, elle le trouve égoïste, "mal élevé", grossier et négligeant. Elle revient continuellement à la charge dans l'espoir de le changer, de lui appliquer un vernis social compatible avec son éducation.

    Le fait qu'il se rebelle contre cette intervention "éducative" n'a rien d'étonnant, mais elle n'y voit rien de charmant et n'envisage aucunement de renoncer. Et si jamais il cède à ses pressions pour le changer, elle aura perdu la personne qu'elle avait choisi d'aimer et probablement détruit la relation. Elle aura, par la même occasion, perdu l'occasion de croissance qu'elle s'était procurée en le choisissant.
Les différences nous séduisent par leur nouveauté et par le défi d'adaptation qu'elles nous présentent. Ce sont les mêmes qui nous irritent par l'adaptation qu'elles exigent de nous. C'est pour cela que ces différences deviennent ensuite les caractéristiques que nous voulons changer chez notre conjoint. En fait, nous avons tendance à éliminer ces différences dans l'espoir d'économiser notre énergie et nos efforts.

    b. Une rencontre
Préciser cette dimension du contact, c'est définir les qualités nécessaires à un échange nourrissant. On trouve dans ce domaine bien des conceptions erronées dont les motifs essentiels sont l'évitement et non le contact réel.

Par exemple, bien des gens s'inspirent de l'amour maternel pour affirmer qu'un contact amoureux nourrissant devrait être caractérisé avant tout par la générosité, le don de soi ou une indulgence sans limites. Mais ces attitudes conduisent toutes à l'échec à cause de l'absence de réciprocité qui les caractérise (pour en savoir plus, voir : Une théorie du vivant). Parce que ces façons d'être en contact sont au service d'un seul des deux partenaires, elles rendent l'équilibre impossible. Elles peuvent être utiles de façon temporaire, mais il faut pour cela que la personne au service de l'autre prenne ailleurs les satisfactions qui servent à la nourrir.

C'est donc la réciprocité dans l'échange qui caractérise surtout cette rencontre. C'est cette qualité qui lui permet d'être nourrissante pour les deux partenaires à la fois et, par conséquent, de pouvoir durer. Si une personne, consciemment ou non, se met au service de la satisfaction de l'autre, elle se condamne à l'épuisement psychique ou à trouver ailleurs les compensations nécessaires à sa survie. Bien des cas de burnout, de dépression et d'infidélité trouvent leur source dans ce genre de déséquilibre.

Cette réciprocité nécessaire à la vitalité de la relation s'appuie, au fond, sur une forme d'égoïsme qui touche le défi existentiel de la solitude. En effet, ce dernier nous force à constater que chacun est le seul véritable porteur de ses besoins et le seul responsable d'en assurer la satisfaction. Cette réalité fondamentale de l'existence est la meilleure garantie d'équilibre et de réciprocité dans les rapports humains. Toute relation qui tente de fausser cette règle de base est vouée à l'échec, comme on le voit facilement chez les personnes qui souffrent de "dépendance affective". (Voir la série de trois articles sur ce sujet:

  1. Dépendance affective et besoins humains,
  2. Se renier par la dépendance affective et
  3. Apprendre à m'aimer (Sortir de la dépendance affective).
Vous pouvez aussi lire à ce sujet : Rand, Ayn (1961, 1964). The virtue of selfishness. New York : New Americon Library.


4. Une relation

On peut donner une image de cette dimension en comparant l'amour à un sport de contact. Cette expression évoque plusieurs dimensions importantes de la relation amoureuse. (Bien sûr, il s'agit ici de la version originale du sport et non de sa transposition commerciale qui sert au divertissement des spectateurs et à l'enrichissement démesuré des athlètes.).

    a. La satisfaction est le but principal
Le fait de comparer l'amour à une activité sportive permet d'abord de souligner que sa principale (ou seule) raison d'être est le plaisir ou la satisfaction qu'en tirent les participants. Cette satisfaction peut prendre bien des formes, pourvu qu'elle soit vraiment réciproque. Si elle cesse de l'être, la relation est immédiatement en danger.

La croissance est un aspect particulièrement important de cette satisfaction mutuelle. L'activité sportive permet de développer nos capacités physiques et mentales ainsi que nos habiletés. De la même façon, la relation amoureuse est un lieu privilégié de développement personnel à cause des nombreuses dimensions de nous qu'elle met en jeu. Si elle sert bien l'épanouissement des deux partenaires, la relation peut assez facilement être durable. Mais si elle devient un obstacle au développement de l'un ou l'autre, elle court le danger d'être abandonnée et mérite de l'être.

    Même s'il ne s'agit pas d'une relation amoureuse, les Beatles pourraient illustrer ce point. Le fait d'être ensemble leur a permis non seulement d'atteindre des sommets qu'aucun d'entre eux n'aurait pu approcher seul ou n'a pu égaler individuellement par la suite. Leur rassemblement leur a permis de révolutionner profondément l'histoire de la musique populaire.

    Mais cette relation qui avait favorisé l'épanouissement de chacun de ses membres est ensuite devenue une limite pour certains d'entre eux. C'est alors qu'elle est devenue un poids et qu'elle devait prendre fin malgré les pertes considérables que cette séparation devait causer.

    On peut aussi évoquer des exemples classiques de couples qui, tout en étant très exigeants et souvent chargés de conflits, ont permis à leurs membres de se provoquer mutuellement à se développer davantage. Jean-Paul Sartre et Simone De Beauvoir font sûrement partie des premiers exemples qui viennent à l'esprit.
On est parfois tenté de croire que la durée de la relation est son but principal. "Pour le meilleur et pour le pire, jusqu'à ce que la mort nous sépare" dit-on dans la cérémonie du mariage. Mais en réalité, son but fondamental est la création de satisfaction et d'épanouissement pour les deux partenaires.

La résolution des problèmes rencontrés en cours de route n'est pas la raison d'être de la relation; il s'agit seulement d'un détour nécessaire à l'atteinte de la satisfaction. Lorsqu'elle est réussie, elle permet à la relation de rester vivante et de durer davantage, mais c'est la satisfaction qui en est le moteur.

    b. Partenaires ou adversaires
Dans une activité sportive, les personnes impliquées peuvent être tantôt des partenaires qui s'appuient mutuellement et tantôt des adversaires qui s'affrontent directement. Mais qu'elles soient dans l'un ou l'autre de ces rôles, elles demeurent des partenaires mutuellement nécessaires à la satisfaction de l'autre. Sans mon adversaire, le match de tennis est impossible. Si mon adversaire ne se donne pas suffisamment la peine de jouer, mon plaisir est éliminé. Si mon ami qui m'accompagne en ski n'est pas assez habile ou est blessé, c'est ma satisfaction qui est diminuée.

Dans la relation amoureuse, on est tantôt en collaboration et tantôt en compétition. Mais qu'on soit dans l'un ou l'autre de ces pôles, on demeure partenaire et solidaire de l'autre.

    Par exemple, lorsque ma compagne me confronte, elle le fait d'abord pour améliorer sa satisfaction en obtenant ce qu'elle attend de moi. Mais elle ne peut ignorer mes besoins et ma satisfaction sans nuire à la sienne. Si elle obtient que je me sacrifie, elle devra tôt ou tard en payer le prix par une compensation ou un sacrifice, sinon par un conflit stérile ou un éloignement plus ou moins imperceptible.
Comme l'illustre bien l'article "Négocier avec un partenaire", il n'y a jamais un seul gagnant dans une relation amoureuse. Ou bien il y a deux gagnants, ou bien il y a deux perdants. Le gagnant solitaire n'est qu'en sursis: il est déjà perdant mais sa défaite est encore invisible. En fait. c'est toujours la relation qui est le véritable enjeu. C'est pourquoi dans cette joute, la victoire de l'adversaire est aussi importante que notre propre victoire.

    Par exemple, j'obtiens que nous allions au restaurant que je préfère, mais je devrai tolérer que ma compagne soit maussade et trouve des défauts à tous les plats qu'elle choisira. Si je n'inclus pas son insatisfaction dans mon choix initial, je devrai l'assumer ensuite autant que si c'était la mienne, même si elle s'efforce de se retenir.
Souvent, lorsque le couple amoureux se trouve en situation de collaboration active, c'est face à un adversaire commun. On fait équipe devant une situation professionnelle ou financière difficile, devant une maladie grave, devant les difficultés de l'éducation des enfants, devant un collègue hostile, devant un décès soudain, etc. Les liens se resserrent alors grâce à notre désir commun de faire face aux circonstances difficiles imposées par la situation.

Ces façons de réagir sont l'indice d'une relation forte; les mêmes situations peuvent facilement devenir des sujets de discorde et détruire un couple dont les assises étaient relativement fragiles. Mais elles sont aussi un piège car elles peuvent faire illusion et empêcher la résolution de problèmes graves.

Si nous avons besoin d'un ennemi commun ou de problèmes graves pour nous rapprocher, nous sommes dans une situation périlleuse. Non seulement sommes-nous complices pour multiplier les situations conflictuelles ou pénibles, mais en plus ces conflits détournent notre attention des problèmes qui se développent entre nous. Et il sera probablement trop tard pour les résoudre quand nous y ferons enfin face.

Parfois, ce sont les projets qui jouent le même rôle. Plutôt que de faire face à la difficulté de vivre ensemble, les conjoints entreprennent une tâche importante ou exigeante. Le résultat est le même: l'amélioration de la relation n'est qu'apparente et les problèmes resurgissent, encore plus graves, dès la fin de l'aventure.

    Les exemples sont classiques: le couple qui fait un enfant, achète une maison ou démarre une entreprise familiale dans l'espoir de se rapprocher sans avoir à résoudre les vrais problèmes qui les éloignent. Le divorce n'est pas évité, mais il est rendu encore plus difficile et complexe à cause de cette tentative maladroite.
Les moments de collaboration active axés seulement sur le plaisir et la satisfaction sont donc particulièrement importants. Ce sont eux qui servent à nous développer individuellement tout en renforçant la relation. Les relations sexuelles font normalement partie de ces moments, mais elles ne sont pas seules. La préparation d'un repas, la planification des vacances, la décoration de la maison, l'éducation des enfants, la planification du développement professionnel des conjoints, les activités de création et plusieurs autres sont autant d'occasions favorables. Et il ne faut surtout pas oublier les multiples occasions où on peut échanger ensemble sur nos intérêts et nos préoccupations individuelles autant que communes.

Mais il ne faut pas oublier que les moments de confrontation sont tout aussi nécessaires. Ils servent à rétablir l'équilibre lorsque les besoins de l'un ou l'autre se trouvent négligés. Et cette situation se produit fréquemment, quels que soient les efforts de collaboration des partenaires, parce que deux êtres distincts ont nécessairement des besoins différents qui apparaissent à des moments différents. La satisfaction de l'un ne répond pas nécessairement aux besoins de l'autre.

C'est donc la capacité de passer facilement et rapidement de la collaboration à la compétition qui est la meilleure garantie de succès. Le fait de savoir devenir partenaire ou adversaire selon les situations permet de rétablir continuellement l'équilibre.

    c. Rapprochement-éloignement
Une autre dimension des sports de contact est extrêmement importante dans la relation amoureuse: la mobilité qui permet le contact intense. Ces contacts supposent un rapprochement rapide à partir d'une certaine distance. L'intensité est en partie le résultat de la distance au point de départ.

Dans la relation amoureuse, l'intensité du contact est également favorisée par un rapprochement rapide. Mais le rapprochement n'est possible que si on est d'abord éloigné. Bien des couples condamnent leur relation à dépérir parce qu'ils veulent éviter cette réalité.

    Par exemple, elle évite de se rapprocher de peur de devenir dépendante. Ou il diminue volontairement l'intensité de son expression. C'est également ce qu'ils font lorsqu'ils évitent systématiquement tout éloignement, tout désaccord, tout conflit.

    À l'inverse, tous les couples sont familiers avec le fait que les relations sexuelles les plus profondément et intensément satisfaisantes surviennent souvent après une violente chicane et une confrontation intense. Ce n'est pas un hasard !
Sans ces contacts intenses ou même violents, la relation en vient nécessairement à dépérir. Elle manque de nourriture émotive et de possibilité de résoudre les problèmes si on évite les confrontations intenses. Elle étouffe si on évite tout retrait des partenaires.


4. Intermède



Cet article est trop long pour un seul numéro de La lettre du Psy. La suite paraîtra donc en avril sous le titre "Le couple vivant".

Dans cette prochaine partie, je définirai les qualités essentielles qui font une relation amoureuse vivante et je fournirai une série d'indices qui permettent d'évaluer la vitalité de la relation.

Pour compléter cette étude de l'amour contact, je présenterai des moyens concrets pour améliorer la qualité du contact lorsque les indices ci-dessus indiquent que la relation n'est pas aussi vivante qu'on pourrait le souhaiter. De cette façon il sera possible non seulement de savoir si nos relations amoureuses se portent bien, mais aussi de savoir quoi faire pour les améliorer.

En attendant, je vous invite à me faire parvenir vos questions, vos commentaires et vos objections à Il vous suffit de nous faire parvenir votre question à .

Jean Garneau, psychologue
Ressources en Développement

Retour au menu


En plus de...


Vous pouvez réagir à cet article ou en discuter avec les autres lecteurs...


Vous pouvez consulter...

Dans le Guide des émotions :
Vous pouvez lire...

Les mythes amoureux :

La dépendance affective :

D'autres articles :

Livres :


Vous pouvez aussi vous servir de:


Pour trouver autre chose sur notre site
    Rechercher:

Vous n'avez pas encore trouvé ce que vous cherchiez ?

Pour en savoir davantage sur la question, ou sur un thème particulier traité dans cet article, vous pouvez poursuivre votre recherche avec nos outils préférés.


Retour au menu
ReD Tous droits réservés © 2002 par Ressources en Développement inc.
Nous n'exprimons aucune opinion concernant les annonces google
Si vous voulez reproduire ou distribuer ce document, lisez ceci
Communiquer avec ReD
Pour aller plus loin dans votre exploration !