Ressources en Développement
Les psychologues humanistes branchés !










Vivre heureux à deux
Par Michelle Larivey , psychologue

Cet article est tiré du magazine électronique
" La lettre du psy"
Volume 8, No 7: Août 2004
Volume 8, No 8: Septembre 2004


| Avant d'imprimer ce document | Mise en garde | Autres articles |


Table des matières
    Introduction
    A- Trouver le partenaire idéal
    1. Les ingrédients
    2. La recherche
    B- Entretenir la relation
    1. Avoir tous les deux la volonté d’évoluer
    2. Prendre soin de la relation
    C- Les erreurs à éviter
    1. Chercher à en faire son clone
    2. Compromis et sacrifices
    3. Ne jurer que par le coup de foudre
    Conclusion

Vous pouvez aussi voir:
Vos questions liées à cet article et nos réponses !




Introduction

Comment pouvons-nous procéder pour obtenir que notre vie de couple soit heureuse? Faut-il nous en remettre au destin et compter sur notre bonne étoile ou prier avec ferveur dans l’espoir que les dieux assureront la réussite de notre vie amoureuse? Est-il possible de prendre en main une réalité aussi éthérée que l’amour?

Mon choix est sans équivoque. Comme pour toute entreprise, qu’il s’agisse de l’éducation des enfants, de ma vie professionnelle, de mes amitiés, d’un sport dans lequel je désire exceller, c’est uniquement en m’investissant avec habileté et ténacité que je peux maximiser mes chances de réussite. Me laisser aller au gré des événements et du hasard m’amène rarement là où je souhaite aboutir. Ignorer les obstacles et tenter de contourner les défis que la vie me présente ne me conduit qu’à la stagnation et, avec le temps, à la régression. En amour comme ailleurs, il me faut prendre mon destin en mains si je veux un résultat satisfaisant.

Parce qu’elle implique au moins deux personnes, la relation amoureuse (maritale ou libre) doit s’appuyer sur les apports des deux partenaires. Il n’est pas nécessaire que l’apport de chacun soit identique; ce qui importe c’est l’équilibre dans la qualité des contributions respectives. Nous sommes tous capables d’estimer globalement cet équilibre dans les investissements et de déterminer si notre propre apport est proportionnel à celui de l’autre. Il serait maladroit de tricher en faisant cette auto-évaluation car cet équilibre est capital pour le succès de toute union.

A- Trouver le partenaire idéal

le partenaire idéalAu risque de choquer, je dirais que pour réussir une relation amoureuse il faut d’abord choisir le partenaire “idéal”. Mais cette formulation demande quelques explications, car la définition du partenaire idéal ne fait certainement pas l’unanimité.
    1. Les ingrédients
Je veux d’abord préciser qu’il ne s’agit pas du candidat parfait “dans l’absolu”. Je pense plutôt à la personne qui nous convient bien sur tous les plans importants d’une relation intime. Je dois dire aussi qu’il ne s’agit pas de la personne qui, au premier coup d’oeil, nous séduit globalement. Je pense davantage à quelqu’un qui nous plaît de plus en plus profondément au fur et à mesure que nous le connaissons davantage. Il ne s’agit pas non plus de quelqu’un qui nous ressemble le plus possible, de quelqu’un qui nous devine sans que nous ayons à nous exprimer ou d’une personne qui se charge d’assurer notre satisfaction et notre sécurité. Je pense au contraire à quelqu’un qui nous complète par ses différences, qui nous amène à nous exprimer intégralement et qui nous laisse assumer pleinement la responsabilité de notre bonheur. (Voir “L’amour contact”.)

Trois ingrédients m’apparaissent indispensables pour qu’un relation intime soit susceptible de durer: l’amour, l’estime et la complicité. Le partenaire idéal est celui qui correspond à ces critères, c’est à dire celui envers qui nous ressentons ces trois liens émotifs. Mais parce qu’il s’agit d’une relation entre adultes égaux, il faut en plus que ces ingrédients soient réciproques.

Par définition, la complicité est nécessairement réciproque. Mais ce n’est pas toujours le cas de l’amour et de l’estime. En effet, il arrive souvent que la personne qui pourrait être le candidat idéal pour l’un ne le soit pas pour l’autre. Dans ce cas, il ne s’agit pas du partenaire idéal car l’absence de réciprocité crée d’emblée un déséquilibre fondamental qui détruira tôt ou tard le lien réel entre les interlocuteurs.

Pourtant, on voit souvent des unions se réaliser sur cette base fragile. Certains ne se préoccupent pas de rechercher cet équilibre de la réciprocité tellement leur besoin d’être aimé est en souffrance. D’autres se chargent de la mission de rendre leur partenaire heureux, oubliant volontairement leurs propres besoins. D’autres choisissent de demeurer fidèles à une promesse qu’ils ont faite dans un contexte qui ne ressemble en rien à leur situation actuelle. Certains, enfin, misent sur le temps et sur leur propre influence pour amener leur partenaire à ressembler davantage à ce que serait leur idéal. Dans tous ces cas, il est bien improbable qu’on aboutisse à une union heureuse. Le déséquilibre fondamental finira tôt ou tard par engendrer des frustrations suffisantes pour conduire à la rupture (rupture de fait ou fin de l’investissement personnel dans la relation).

      L’amour
Il faut absolument aimer la personne, aimer ce qu’elle est fondamentalement. C’est primordial. Ceci ne signifie pas que je l’aime intégralement. Elle a certainement des défauts qui me déplaisent, des habitudes qui ne me conviennent pas, des comportements qui me dérangent. Mais il est important que ces irritants demeurent à mes yeux des composantes accessoires de sa personne, des caractéristiques secondaires qui ne font pas directement partie de celles qui la définissent essentiellement.

Il faut en plus que cet attrait soit relativement général, physique autant que mental. Autrement dit, il est important que j’éprouve de l’affection, que mon partenaire m’inspire du désir sensuel et sexuel et que son esprit soit à la hauteur de mes attentes. Comme je l’explique plus loin, cet amour n’est pas surtout romantique; il correspond à une affection réelle pour des dimensions de lui que je connais réellement plutôt que pour des images que je fabriquerais à partir d’indices limités et superficiels.

      L’estime
Chez l’adulte, l’amour réel implique toujours une part d’estime. Celle-ci est une forme complémentaire d’appréciation, une évaluation positive de la qualité de l’autre. Ce jugement repose sur une concordance entre mes valeurs principales et celles qu’il incarne par ses actes. J’estime le geste de quelqu’un parce qu’il correspond à une valeur importante à mes yeux. J’estime cette personne parce qu’elle se comporte d’une façon que je valorise.

L’estime réciproque est une des pierre angulaires de la solidité d’un couple. (Voir les fiches portant sur l’amour et l’estime dans «La puissance des émotions».) Elle constitue également un pilier essentiel de la complicité.

      La complicité
complicitéLa vie en couple nous amène à partager un grand nombre de choses : lieux où nous vivons, revenus financiers et dépenses générales, tâches domestiques, éducation des enfants, projets en tous genres, ... Lorsque l’entente entre les conjoints n’est pas parfaite, des conflits surgissent rapidement car les occasions sont innombrables. Sans une solide complicité, ces conflits peuvent facilement devenir insolubles.

Je dois préciser ici ce que j’entends par “entente parfaite”. Il s’agit selon moi du partage d’une même vision sur l’ensemble des questions essentielles pour chacun. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait jamais de discussion ou de mésentente, bien au contraire. Mais cette vision commune est nécessaire pour qu’il soit alors possible de réussir à s’entendre en s’assurant que les deux partenaires soient satisfaits. (Voir «Négocier avec un partenaire».)

La complicité ne se commande pas et on ne peut la demander; elle existe ou n’existe pas. Il s’agit d’une entente profonde basée sur le partage de valeurs, de vision de la vie et de bon nombre de besoins communs. Elle prend la forme d’une connivence qui pousse chacun à s’associer facilement à l’autre et à lui apporter spontanément son support dans la recherche de satisfaction et la poursuite de ses objectifs principaux.

    2. La recherche

Pour trouver le candidat idéal, il ne suffit pas d’attendre patiemment qu’il nous tombe dans les bras ou qu’il entreprenne de nous séduire. Ma conception n’a rien en commun avec le mythe voulant qu’il y ait quelque part une personne qui nous soit prédestinée. Rien ne garantit que nous reconnaîtrons la personne qui serait notre partenaire idéal si nous venons à la rencontrer. Rien ne permet de croire que le candidat idéal croisera nécessairement un jour notre chemin. Pour trouver notre perle rare, il faut nous consacrer sérieusement à sa recherche.

Cette recherche n’est pas passive; il s’agit d’une démarche active où nous exploitons les occasions qui se présentent dans notre vie. Contrairement à ce que Perreault a voulu nous faire croire dans l’histoire de “La belle au bois dormant”, le partenaire idéal ne viendra pas nous découvrir au fond de notre placard. Il ne passera même probablement jamais dans notre quartier et il ne s’attardera certainement pas au chevet d’une dormeuse.
Des êtres compatibles
Premièrement, il faut créer des opportunités. Si nous ne rencontrons personne, il est évident que nous ne pourrons découvrir notre partenaire idéal. Il est important de nous donner des occasions de rencontrer de nouvelles personnes et, autant que possible, des genres de personnes avec lesquelles nous aurons des affinités, des intérêts communs, des valeurs semblables. Peu importe la façon de le faire, il est important de rencontrer un grand nombre de personnes compatibles avec nous si nous voulons découvrir celle qui s’avérera notre candidat idéal. Les critères de choix étant très exigeants, il est essentiel que nous puissions les appliquer à un grand nombre d’individus.

Deuxièmement, il faut suivre la direction indiquée par nos attraits. Nous ne pouvons aimer vraiment une personne dont nous n’avons qu’une connaissance superficielle ou trop partielle. Mais nous sommes naturellement attirés par certaines personnes plus que par d’autres. Cette première sélection nous aide à reconnaître les personnes qui pourraient peut-être nous convenir. Le préjugé favorable que crée cette attirance spontanée peut contribuer à fournir l’énergie nécessaire à notre exploration.

Troisièmement, il faut se donner des conditions favorables à une exploration réussie. Il s’agit alors d’aller vérifier si notre intérêt grandit ou diminue au contact de la personne. Les conditions favorables sont celles qui nos permettent de connaître vraiment cette personne. Notre attrait initial ne reposant que sur des détails sommaires, nous ne pouvons vraiment aimer la personne. Nous avons besoin de la connaître de façon personnelle et sur plusieurs plans avant d’éprouver de véritables sentiments à son endroit. Notre amour se développera si la personne que nous découvrons correspond à nos besoins. Notre estime grandira si les valeurs qu’elle incarne dans sa vie correspondent à celles qui nous importent. Notre connivence germera peu à peu à travers les expériences vécues ensemble et les difficultés que nous aurons surmontées.

Pour un grand nombre de personnes, cette étape est plus facile et plus efficace lorsque les objectifs amoureux sont relégués à l’arrière plan. En se situant d’emblée sur le plan de l’amitié, de la collaboration professionnelle ou de l’assouvissement d’un intérêt commun, ces personnes s’accordent l’espace psychique nécessaire à la découverte progressive de l’autre et à l’épanouissement serein de l’attachement et de l’amour réel. Le fait de considérer l’autre comme un conjoint potentiel crée chez elles une barrière invisible qui rehausse les exigences tout en éliminant les situations où l’autre aurait vraiment la possibilité d’y correspondre.

L’amour n’est donc pas un élan spontané qui surgit au premier regard. Il est au contraire le résultat d’une démarche de connaissance de l’autre, d’affirmation de ce que nous sommes et de validation progressive des zones de connivence que nous découvrons. C’est parce que cet amour s’appuie sur une solide intimité personnelle qu’il est capable de durer en résistant aux conflits et aux pièges que la vie quotidienne nous présentera nécessairement.

B- Entretenir la relation

La partie précédente portait sur la naissance d’une relation amoureuse. Elle explicitait les conditions favorables au développement d’un lien solide où les conjoints pourront vivre heureux ensemble. Mais ces étapes préliminaires ne suffisent pas à nous assurer le bonheur. Il faut encore nous assurer de garder cette relation vivante afin qu’elle continue de servir à l’épanouissement de chacun des deux partenaires.

    1. Avoir tous les deux la volonté d’évoluer

      Dans la relation
Vivre une relation intime est un défi d’envergure. En accordant un accès en profondeur à notre personne, nous nous exposons à être bouleversé psychiquement et remis en question dans nos comportements et attitudes. Or il est normal de chercher à éviter l’ébranlement psychique. La plupart des gens ne veulent pas déranger l’équilibre confortable qu’ils se sont construit et cherchent naturellement à le rétablir au plus tôt s’il est dérangé. Pourtant, cet ébranlement peut s’avérer très profitable pour développer et maintenir une relation saine parce qu’il permet d’évoluer.

Un équilibre à compléterL’équilibre plus ou moins réussi auquel nous sommes parvenus une fois adulte est le fruit d’une série d’adaptations effectuées au contact de notre famille et en particulier de ceux qui nous ont servi de parents. En général, le degré de développement atteint laisse à désirer car nous n’avons pas encore la capacité d’être totalement nous-même et de nous affirmer comme tel devant les personnes importantes de notre vie. C’est à travers la résolution de nos transferts que nous parvenons à étendre notre liberté.

Lorsque nous choisissons un partenaire de vie, c’est en partie pour résoudre un transfert et cela sans que nous en soyons nécessairement conscient. C’est pourquoi il est important d’accepter d’être bouleversé et remis en question dans la relation. C’est une condition “sine qua non” pour assurer notre évolution personnelle et interpersonnelle. (Voir «Le défi des relations: comment résoudre nos transferts affectifs» à paraître aux Editions de l’Homme fin septembre 2004.)

      L’ouverture
Pour que la relation nous amène à évoluer, il faut accepter d’être remis en question. Cela implique de faire preuve d’ouverture pour «entendre» les critiques, les reproches ou les “feedbacks”. Naturellement, nous aurions plutôt tendance à prendre une posture défensive pour contester les commentaires ou questionner la légitimité de cette façon de s’adresser à nous. «De quel droit me parles-tu de la sorte?»

On s’attend généralement à ce qu’une telle réaction mette un terne à l’échange (et c’est ce qui se produit le plus souvent). Avec le temps et l’accumulation des interactions de ce type, certains couples en viennent à bannir leur esprit critique l’un face à l’autre. Cette tactique permet d’éviter les altercations, mais elle garantit par le fait même la stagnation de l’individu et, par ricochet, de la relation.

L’ouverture implique aussi d’accepter que notre partenaire ait des réactions fortes à notre égard, notamment qu’il se mette en colère. Mais dans beaucoup de couples, l’expression de la colère est complètement interdite. («Si tu penses que je vais me laisser parler sur ce ton!») Les femmes surtout, l’associent faussement à un manque de respect, même lorsque c’est elles qui l’ont provoquée. Elles réagissent comme s’il ne devait pas y avoir de conséquences proportionnelles à leurs actes; elles s’attendent à ce que la conséquence (la réaction de l’autre) soit tamisée, édulcorée afin de les épargner. (Voir «Querelles et chicanes dans le couple».)

      La remise en question personnelle
Lorsque nous sommes en conflit avec quelqu’un, la plupart d’entre nous avons tendance à en chercher la cause chez l’autre, oubliant temporairement que toute relation est une réalité dynamique qui implique un jeu de forces entre tous les interlocuteurs et donc que nous sommes pour quelque chose dans la naissance de ce conflit. C’est également ce que nous faisons dans la relation conjugale, même si le lien est plus intense que dans nos autres relations.

Nous éviterions beaucoup de discussions et de querelles stériles si, avant d’accuser notre partenaire, nous procédions à un examen pour identifier notre contribution au problème. Peu importe que nos accusations soient explicites ou implicites, peu importe qu’elles soient justifiées ou non, si elles sont d’abord le reflet de notre fermeture devant une remise en question, elles sont toxiques pour la relation.

      Dans sa vie personnelle
Chacun a son existence propre en dehors de sa vie de couple. Chacun d’entre nous a des aspirations qui lui sont propres, des besoins personnels et un potentiel unique à actualiser. Pour assurer sa croissance comme individu, la liberté de chacun doit être protégée à tout prix. Si la relation conjugale constitue, de quelque façon, un obstacle à l’évolution individuelle, c’est la santé de l’individu qui est en péril et, par ricochet, celle de la relation.

Ces obstacles à l’épanouissement individuel peuvent être posés par le partenaire de plusieurs façons. On peut par exemple décourager son conjoint de s’impliquer vraiment dans ses entreprises sous prétexte qu’elles sont irréalistes alors qu’en réalité c’est parce qu’elles nous menacent. La compétition malsaine est un autre exemple fréquent. Elle consiste à “abattre” l’autre parce que sa réussite nous menace ou nous amènerait à faire des efforts supplémentaires pour nous sentir aussi adéquat que lui. Cette réaction s’oppose diamétralement à la compétition de type émulation qui elle invite à l’élévation et au dépassement de soi. L’obstruction qu’on fait pour nuire au succès du partenaire est généralement subtile et met parfois un certain temps à donner ses résultats néfastes. Pour cette raison, il faut se méfier des interventions de notre partenaire qui tendent à nous “tirer vers le bas”. Il est important de soulever cette question dès qu’on commence à en ressentir les effets inhibiteurs.

    2. Prendre soin de la relation

Pour maintenir la qualité de la relation, il ne suffit pas d’adopter les attitudes d’ouverture qui sont favorables au développement des deux individus et du couple. Il faut aussi travailler activement à résoudre les problèmes et à se donner des conditions propices pour maintenir la force du lien.


      Intervenir sur les choses importantes
Chaque couple est composé de deux êtres différents qui, par définition, n’accordent pas la même importance à tous les aspects de la vie. Certaines choses importent nécessairement à l’un et pas à l’autre. Ce fait inéluctable donne lieu, chez certains couples, à des altercations répétées. Typiquement, l’un des deux est alors convaincu que son point de vue est le bon et, par conséquent, que l’autre devrait s’y ranger. Malheureusement, l’autre pense la même chose (c’est forcément le cas lorsque les multiples discussions ne l’ont pas convaincu de changer).

Les questions domestiques comme le rangement et l’entretien font partie des sujets avec lesquels des couples s’empoisonnent la vie.
    «Tu devrais ranger tes vêtements. J’en ai assez de les voir traîner par terre!»

    «Il faut faire le ménage et la lessive tous les samedis.»

    «Que cela te plaise ou non, il faut faire ensemble toutes les tâches domestiques.»
Parmi les autres sujets de litiges les plus importants, on peut mentionner la vie sexuelle et l’expression de l’affection. Mais on évite très souvent de les aborder de front. Les principes d’éducation, pour leur part, peuvent souvent donner lieu à des débats vigoureux, du moins tant que l’un des deux n’a pas jeté la serviette, épuisé devant la rigidité de son partenaire.

Lorsque la complicité est grande entre les partenaires, le couple ne s’épuise pas sur tous les sujets de désaccord. Chacun renonce à agir sur les points qui lui semblent secondaires et conserve son énergie pour réagir sur les questions qui ont une importance primordiale. Il arrive aussi que l’un ou l’autre assume sa préférence en appliquant lui-même la solution qui lui convient au lieu d’attendre que l’autre l’adopte.
    «Elle est indifférente à l’ordre et à la propreté et mes récriminations n’ont aucun écho chez elle. Je prends donc sur moi de voir à ce que notre lieu de vie me convienne. Je ferai moi-même le rangement nécessaire ou je paierai quelqu’un pour s’occuper de l’entretien.»
Bien entendu une telle option peut s’accompagner d’une dose d’amertume. Il est parfois tentant de «faire payer» l’autre pour son manque de collaboration à satisfaire nos besoins. Ce désir de vengeance serait un bien mauvais conseiller si on veut une relation en santé car il créerait de nouveaux conflits bien plus graves que les précédents. Dans une telle situation, l’amertume doit être considérée comme le symptôme d’un déséquilibre qui mérite d’être abordé et résolu à deux.

Quiconque est convaincu que ses besoins lui appartiennent et qu’il est le seul responsable de les satisfaire choisit sereinement d’assumer sa préférence, même lorsque cela lui pèse. Bien sûr, ce serait plus facile si l’autre avait le même besoin et se rendait automatiquement à son désir, mais il est plus efficace d’assumer son besoin que de s’épuiser à convaincre un autre d’y répondre ou d’empoisonner la relation en obtenant qu’il s’y conforme pour avoir la paix. Voir «Porter la responsabilité de ses besoins»...


      Régler les problèmes dès leur apparition
En couple comme dans les autres aspects de notre vie, les problèmes qu’on néglige de régler ne disparaissent pas. Au contraire, ils prennent souvent de l’ampleur avec le temps et servent de terrain fertile à d’autres problèmes qui viennent s’y greffer. Ainsi, plus le temps passe et plus on a tendance à tenter de les mettre au rancard ou simplement à les ruminer. Le plus désolant c’est que, très souvent, ces problèmes reposent sur un malentendu qu’il aurait été facile de clarifier au moment où il s’est produit. (Voir “Conflits interpersonnels au travail : I Les malentendus” .)

Intervention sur le champ
Lui: «Je n’aime pas que tu me traites de fainéant comme tu l’as fait tout à l’heure.»
Elle: «Je suis désolée, je n’aurais pas dû employer ce terme. J’étais hors de moi et mes paroles ont dépassé ma pensée. Ce n’est vraiment pas l’opinion que j’ai de toi. J’ai été injuste.»
Intervention deux ans plus tard
Lui: «Je t’en veux toujours pour la fois où tu m’as dit: “Retourne à ta télé espèce de fainéant!”»
Elle: «Moi j’ai dit cela? Je n’en ai aucun souvenir.»
    Pendant ces deux ans, il faisait la grève du zèle en réponse à cette altercation. Elle était de plus en plus elle est irritée par cette résistance passive. Aussi lui arrivait-il de le traiter de paresseux. Selon lui, ces propos confirmaient l’exactitude de l’insulte initiale; ils alimentaient donc son ressentiment.
Pour adopter l’habitude de régler les litiges dès qu’ils se présentent, il faut être vraiment convaincu de l’importance de le faire. On trouve toujours très facilement de bonnes raisons pour remettre cette tâche au lendemain. Il faut aussi une certaine dose de courage parce que la solution nécessite un affrontement dont nous ne connaissons pas l’issue. C’est pourquoi la répétition des tentatives est nécessaire pour acquérir cette conviction; il faut la valider par l’expérience avant d’arriver à une certitude. Pas étonnant que la méthode de l’évitement demeure de loin la plus populaire, malgré ses conséquences désastreuses à moyen terme.

La confrontation directe avec le partenaire est difficile, particulièrement si on veut la faire avec l’ouverture propice à un résultat favorable. Il est bien plus facile et tentant de se replier sur soi et de laisser passer. C’est le choix typique des hommes qui ne sont pas habiles à exprimer leurs sentiments ou qui répugnent à déranger ou à attaquer verbalement leur femme. Pour éviter l’affrontement les femmes ont plus souvent tendance à choisir de s’épancher auprès de leurs amies. Typiquement elles se plaignent de leur mari et sollicitent des conseils qu’elles suivent rarement.

Tout comme le silence volontaire ne résout rien, nous savons que le fait de parler “à une tierce personne” ne pourra jamais régler notre problème avec notre partenaire. En faisant ce choix, nous nous condamnons à répéter cette solution “ad vitam aeternam” pendant que le problème dégénère.


      Ménager du temps pour la vie de couple
De temps ensemble...Les enfants et le travail rivalisent généralement pour s’accaparer notre attention et brûler notre énergie. Comment se soustraire aux sollicitations pour s’accorder du temps comme couple? Comment confronter ses angoisses devant la possibilité de confier le bébé aux bons soins de quelqu’un d’autre ou devant la décision de remettre un travail à plus tard pour s’offrir un week-end en tête à tête? Sans compter les invitations des amis et les activités de loisir de chacun.

Les sollicitations extérieures prendront toujours le dessus à moins que chacun des conjoints ne considère sa vie de couple comme une priorité, comme un bien précieux qui doit être protégé. Car les embûches sont nombreuses et la routine plus forte que bien des bonnes volontés.

Mais nous ne pouvons faire l’économie d’investir dans notre vie de couple sans payer éventuellement un gros prix: celui de se retrouver un jour devant un étranger. Et, en attendant ce pénible constat, il faut considérer aussi la privation des marques d’affection et de considération qui constituent une nourriture affective nécessaire au quotidien.

Les moments d’intimité, à la maison ou en escapade, ne sont pas optionnels pour qui tient à son partenaire. Mais pour éviter de les négliger, il faut parfois que l’un des deux prenne l’initiative de les provoquer, au risque de forcer l’autre à sortir de son carcan routinier. Il est même avantageux de confronter le partenaire résistant en questionnant ses “angoisses” et en le poussant à examiner ses problèmes personnels qui les alimentent.


      Manifestations d’intérêt et d’affection
Pour certains, c’est l’habitude de vivre ensemble qui éteint les manifestations d’intérêt, de désir et d’affection. Selon eux, les touchers spontanés, les baisers sans raison apparente, les témoignages d’attrait physique hors des rapports sexuels sont l’apanage des débuts de relation. Rien d’étonnant à ce que plusieurs d’entre eux n’envisagent le renouveau de la vie de couple que dans la découverte d’un nouveau partenaire. C’est ainsi qu’ils permettent à une relation pourtant nourrissante au départ de s’effriter complètement.

Ce n’est pas le temps qui réduite en miettes une relation amoureuse dans laquelle les partenaires étaient au départ bien agencés. C’est la négligence. La négligence qui a permis l’accumulation de problèmes non résolus à un tel point que la distance entre les partenaires est trop importante pour qu’ils puissent se montrer sincèrement aimants. Ou encore la négligence subtile par laquelle ils ont cessé de pimenter leurs rapport une fois l’autre conquis.

ComplicitéIl peut être rassurant d’avoir l’impression que son partenaire est “conquis” à jamais, mais c’est toujours néfaste pour la relation. Il vaut beaucoup mieux que l’engagement ou le désir de continuer de vivre ensemble soit un choix perpétuel. Pourquoi en est-il ainsi? Parce que l’engagement à aimer est un non sens. Il est impossible pour quiconque de prédire ses sentiments futurs. C’est impossible d’une part parce que, comme tous les êtres vivants, nous sommes en changement continuel et d’autre part, parce que nous ne connaissons d’avance ni les événements qui surviendront, ni les comportements de l’autre devant les situations que nous ne connaissons pas encore. Par exemple, il arrive souvent qu’un homme en vienne à détester une femme qu’il aimait à la folie. C’est ce qui survient le plus souvent lorsqu’il se fait empoisonner durant des années par sa jalousie posse

Le fait d’accepter de vivre dans un cadre où l’autre n’est jamais définitivement acquis nous incite nécessairement à prendre soin de la relation et à songer aux conséquences de nos actes. Cela nous tient en alerte et nous amène à respecter l’autre comme une personne distincte!



C- Les erreurs à éviter


    1. Chercher à en faire son clone

    “Beaucoup de femmes... voudraient l’homme à leur image: qu’il vibre comme elles, qu’il exprime son émotion à leur façon, qu’il se complaise comme elles à disserter sur l’état amoureux et, depuis peu, qu’il ressente devant l’enfant à naître les mêmes émotions que la mère qui le porte.”

    Denise Bombardier (1993), “La déroute des sexes”
Des ces “exigences” est né, pour son plus grand malheur, celui qu’on appelle l’homme rose. Pourquoi malheur? Parce qu’en se soumettant (tout à fait volontairement) au jeu d’une soi-disant égalité, il sacrifie son identité et de son unicité.

L’établissement d’une relation égalitaire n’implique pas les partenaires sont ou deviendront identiques. Il est absurde de chercher à vivre les choses de la même façon que l’autre. Mais c’est surtout une quête qui camoufle les véritables enjeux. Dans le cas qui nous intéresse ici, c’est la solitude existentielle qu’on cherche à nier. En effet, celui qui s’attend à ce que son partenaire vive ses expériences de la même manière que lui cherche surtout à éviter les émotions inhérentes à sa condition ou ses particularités comme personne. Pour illustrer mon propos, je vais développer un peu l’exemple cité plus haut.
    Pourquoi vouloir que mon partenaire vibre comme moi, qu’il exprime ses émotions à ma manière. N’a-t-il pas sa sensibilité propre? N’a-t-il pas sa manière à lui de manifester ses émotions? Pourquoi mes façons de faire me semblent-elles de meilleure qualité?

    La vérité c’est que s’il changeait pour me ressembler, je n’aurais pas à faire l’effort de le comprendre tel qu’il est. Il y a aussi le fait que je vis une certaine solitude à être la seule personne à vivre mes expériences comme je les vis. Cette solitude m’est difficile à supporter et elle me semble encore plus pénible s’il demeure différent de moi. C’est pourquoi je consacre beaucoup de temps et d’énergie à essayer de le changer. Ainsi occupée, ma conscience demeurant loin de mon véritable enjeu, cette solitude me semble plus légère.

    Cet évitement est particulièrement évident dans le dernier exemple: m’attendre à ce que mon partenaire vive ma maternité de la même manière que moi, la mère, est non seulement irréaliste mais absurde. Et, paradoxalement, je ne me prive pas de le lui rappeler au besoin: c’est mon corps et mon accouchement. Jamais il ne pourra savoir vraiment ce que c’est.
Le partenaire qui cherche à se soumettre à ces attentes est complice de cet évitement existentiel. Habituellement c’est le même déni qui constitue le motif profond de ses agissements. (Voir “Les implications existentielles” dans “L’Auto-développement: psychothérapie dans la vie quotidienne. http://redpsy.com/editions/ad.html .)


    2. Compromis et sacrifices

Par définition, deux êtres différents ont rarement le même désir au même moment. Est-il possible, malgré ce fait, de vivre à deux en étant satisfaits? Lorsque le sujet de dissidence est trivial, le problème est facilement réglée. Mais qu’arrive-t-il lorsque ce n’est pas le cas?

Trois options s’offrent alors à nous: (1) trouver un autre moyen de répondre à notre besoin, (2) faire un compromis ou (3) faire une concession. Voyons les implications de chacune.

Dans le premier cas, il faut d’abord prendre la peine d’identifier le besoin à combler. Ensuite, il faut accepter de chercher, pour y répondre, un autre moyen que celui auquel on voulait avoir recours. Cette solution simple ne requiert en fait qu’un effort de lucidité (pour identifier clairement notre besoin réel) et un peu d’imagination ou d’ingéniosité (pour choisir une autre source de satisfaction). Il permet d’atteindre la satisfaction plus efficacement que si on cherchait à forcer l’autre à se conformer à notre désir.

Le compromis, quant à lui, consiste à trouver un arrangement satisfaisant pour tous, une solution qui tient compte de qui importe à chacun. (Voir “Négocier avec un partenaire”, .) Dans ce cas,Amertume la relation ne risque rien car la solution ne repose sur le sacrifice de personne. Chacun obtient satisfaction même s’il n’obtient pas exactement ce qu’il désirait ou s’il ne l’obtient pas au moment où il l’aurait souhaité.

La concession est d’une toute autre nature. Elle implique que l’un des partenaire renonce à ce qui lui importe. Plus la concession porte sur un sujet crucial pour celui qui l’accepte, plus les dommages à la relation sont considérables. Il suffit parfois d’une seule concession d’importance pour mettre en péril la relation elle-même, celle qu’on espérait protéger en acceptant le sacrifice. L’accumulation de concessions est, quant à elle, généralement fatale. Elle n’engendre pas nécessairement une rupture de fait, mais elle entraîne toujours une détérioration psychique chez celui qui y a souvent recours. Et c’est ce dommage qui a des répercussion désastreuses sur la vitalité de la relation. Voyons un exemple d’une concession fatale pour une relation amoureuse.

Elle: Multiplie les pressions sur lui pour qu’il accepte d’avoir un enfant.
Lui: N’est pas intéressé à ce projet, ne l’a jamais été et pense qu’il ne le sera jamais (cela avait déjà été clair entre eux). Il lui réitère faiblement sa position à chaque fois ou tout simplement esquive le sujet.
Elle: Saisit le message mais ne l’accepte pas. Elle tente de le convaincre.
Lui: Les arguments qu’il entend n’ébranlent jamais sa volonté. Mais après des années d’échanges de ce type, il concède.
Eux: Bien que conscients tous les deux du fait qu’il “abandonne” sa position, faisant ainsi le sacrifice du type d’existence qui lui convenait, aucun d’entre eux ne se soucie des conséquences de cette renonciation.
Dans une telle situation, on oublie souvent d’envisager le prix que chacun aura à payer pour ce recul de l’un des partenaires. On néglige encore plus souvent d’en discuter avant d’aller plus loin. Si les partenaires le faisaient, ils choisiraient sans doute plus souvent d’adopter une autre solution en prenant les mesures nécessaires pour que chacun soit satisfait. (Les conséquences seraient aussi néfastes si c’est elle qui avait renoncé à son projet.) En observant la suite des événements on peut croire qu’une séparation, même douloureuse, eut été une meilleure solution.


      Les conséquences
Lui: Ne met aucun enthousiasme à l’accompagner lors de sa grossesse. Il doit faire des efforts pour s’intéresser au nourrisson (afin de ne pas lui déplaire). L’enfant grandissant, son intérêt n’augmente pas. Il porte continuellement une colère sourde dont l’enfant fait souvent les frais.
Elle: Perçoit son peu d’enthousiasme. Elle s’en inquiète et le lui reproche, ce qui donne lieu à des disputes répétées.
Eux: Plusieurs années plus tard, c’est la séparation. On peut facilement imaginer les problèmes qu’elle rencontrera concernant le partage de la garde, la pension alimentaire, etc.

Voilà donc de quelle façon une seule concession d’importance peut avoir des répercussions désastreuses. Pourtant, il s’agit d’une concession consentie et non d’une soumission imposée par la force. Dans cet exemple: trois vies sont brisées parce qu’une personne a concédé, parce que l’autre a accepté cette concession et parce que la troisième était l’objet de cette malheureuse décision.


    3. Ne jurer que par le coup de foudre

Pour certains, le seul amour véritable, celui qui est le plus prometteur de bonheur, naît dans un coup de foudre. Il arrive que des couples se créent à partir de cette base, mais le coup de foudre est loin de constituer la garantie d’un lien profond et durable. En anglais, on appelle très justement cette expérience “love at first sight” (aimer au premier coup d’oeil).

Cela soulève une question de fond: comment peut-on devenir instantanément amoureux d’un inconnu? Coup de foudreS’il s’agit d’aimer la personne elle-même, dans l’essentiel de ce qu’elle est, c’est évidemment impossible sans la connaître davantage.

Mais ce qui est possible, toutefois, c’est de tomber amoureux de l’idée qu’on se fait de cette personne. Et c’est précisément ce qui se passe lors du coup de foudre: nous sommes fortement impressionné par une caractéristique de la personne et c’est l’imagination qui fait le reste. L’étincelle qui déclenche le coup de foudre est nécessairement un fait observable, mais c’est ce qu’on invente à partir de ce fait qui déclenche les émotions intenses qui caractérisent le coup de foudre. Il s’agit d’un exemple typique de ce qu’on appelle aimer une personne pour le potentiel qu’elle représente. Voici deux cas assez typiques.
    J’ai éprouvé un désir fou dès l’instant où je l’ai aperçue. Je veux cette femme à tous prix... je pressens que nos rapports sexuels seront sublimes.

    Son regard chaud et pénétrant m’a fait fondre. Jamais un homme ne m’avait regardée ainsi. Cet homme porte en lui toute la tendresse que je recherche depuis toujours. Je suis convaincue qu’il peut me combler.
Ces suppositions peuvent parfois se confirmer par la suite. Mais un amour total exige bien davantage. Il faut vibrer à plusieurs autres dimensions de la personne et non seulement à celle qui nous a frappé au départ. Et pour cela, il est indispensable de la connaître c’est-à-dire de vivre une variété d’expériences avec elle, des expériences heureuses comme des conflits, et il faut surtout avoir accès à son monde intérieur. Une connaissance mutuelle approfondie faisant suite au coup de foudre permet à certaines relations de se développer. D’autres meurent dans l’oeuf parce que la désillusion remplace la magie qu’on avait imaginée.

Malheureusement, certaines personnes se dévalorisent devant un échec de ce genre. Elles se croient inadéquates ou refusent de risquer une nouvelle déception. Elles auraient d’autres possibilités si elles savaient que ce sont leurs attentes et non leur qualités personnelles qui les conduisent à cet échec.



Conclusion

Dans cet article sans prétention, j’ai tenté de mettre un peu d’ordre dans un sujet qui touche la plupart d’entre nous. J’ai voulu mettre l’accent sur les dimensions qui me semblent fondamentales pour créer et maintenir une relation satisfaisante, durable, épanouissante. Il y a encore bien d’autres façons d’entretenir une relation et de grandir en son sein. À chacun de faire les choix qui lui conviennent et s’adaptent à sa relation particulière.

Mais à en juger par la difficulté que je rencontre à trouver dans mon environnement des couples solides qui restent vivants à travers les années, j’en viens à croire qu’il y a dans cet article plus de révélations importantes que je le crois. J’espère contribuer à la réflexion de ceux qui sont encore à la recherche d’une relation contribuant vraiment à leur bonheur.


      Michelle Larivey, psychologue
      Ressources en Développement


Retour au menu


En plus de...



Vous pouvez lire...



Vous pouvez utiliser...



Vous pouvez en discuter sur...



Vous n'avez pas encore trouvé ce que vous cherchiez ?

Retour au menu
Pour aller plus loin
dans votre exploration !
ReD Tous droits réservés © 2004 par Ressources en Développement inc.
Nous n'exprimons aucune opinion concernant les annonces google
Si vous voulez reproduire ou distribuer ce document, lisez ceci
Écrire à ReD