Ressources en Développement
Les psychologues humanistes branchés !












e-therapie: gadget ou innovation ?
II - les programmes Online


Par Jean Garneau , psychologue

Cet article est tiré du magazine électronique
" La lettre du psy"
Volume 7, No 4: Avril 2003


| Avant d'imprimer ce document | Mise en garde | Autres articles |


Résumé de l'article

Cet article fait partie d’une série où je fais le point sur nos expériences d’intervention psychologiques sur Internet. La première partie s’intitule I - Les réponses aux questions personnelles; elle est disponible à cette adresse http://www.redpsy.com/infopsy/etherapie1.html.


Table des matières
  • Introduction
  • La formation à distance
    • Aperçu historique
    • Formation à distance et Auto-développement
  • Nos cours sur Internet
    • Éducation enrichie
    • Relation thérapeutique ?
  • La place de l’interaction
    • Interaction et centration
    • Interaction et expression
  • Conclusion

Vous pouvez aussi voir:
Vos questions liées à cet article et nos réponses !




Introduction

Nous n’offrons nos cours sur Internet que depuis janvier 2001. Notre expérience est donc bien moins étendue que celle que nous avons accumulée dans les réponses aux questions. Les questions des internautes ont commencé à nous interpeller dès le premier numéro de La lettre du Psy (septembre 1997) et elles ont pris une telle ampleur que nous avons dû en venir à exiger des honoraires pour donner des réponses approfondies aux individus.

Mais en réalité notre expérience avec le programme Savoir Ressentir est beaucoup plus importante. Nous avons en effet travaillé longuement à sa mise au point (création, recherches, corrections, vérifications, essais cliniques). Mais surtout, nous l’utilisons dans notre pratique depuis sa publication (1994) et nous accumulons depuis lors l’information sur ses effets et ses limites.

Nous sommes donc en terrain familier lorsque nous offrons la version Internet de ce programme alors que plus d’un millier de clients l’ont déjà suivi de façon autonome (en plus de ceux qui en ont utilisé des sections, guidés par leur psychothérapeute). Ce n’est que le médium qui est différent; il s’agit d’une démarche et d’une intervention à distance que nous connaissons bien.


La formation à distance

    Aperçu historique
L’éducation à distance n’est pas une réalité nouvelle. Dès 1873, Anna Ticknor créait une association pour encourager cette façon de rendre l’éducation accessible aux femmes de tous les secteurs de la société. S’agissait-il d’une visionnaire qui devançait son époque? Pas vraiment! Malgré son caractère essentiellement bénévole et le peu de publicité qu’on lui a fait, cet organisme de Boston a dispensé ses enseignements à plus de dix mille membres avant la fin du dix-neuvième siècle.

des directionsLes premiers cours par correspondance ont été reconnus aux États-Unis par des crédits universitaires, des diplômes ou par le système d’éducation public depuis la période 1883-1891 (Cornell University, Yale University et État de New-York). La formation à distance a pris depuis diverses formes en s’adaptant continuellement au contexte social (comme les périodes de guerre ou les courants de pensée) et à la popularité de différents médias (radio, télévision, informatique, multimédia et Internet notamment).

À l’heure actuelle, on estime que 80 millions de personnes par année suivent une formation à distance. À lui seul, le Cned (Centre national d’enseignement à distance relevant du gouvernement français) offre actuellement plus de 3000 formations. Le site Web California Virtual Campus présente pour sa part plus de 4500 cours, programmes ou diplômes offerts à distance par les collèges et universités du seul État de Californie. Même la liste des sites Web consacrés à l’éducation à distance établie par le Distance Education Clearinghouse de Université du Wisconsin donne le vertige par l’abondance des ressources qu’elle met à notre disposition.

En offrant la possibilité d’une plus large diffusion des cours et en facilitant l’interaction à distance entre l’étudiant et le professeur, Internet ouvre à cette forme d’intervention éducative des possibilités considérables. Son impact est particulièrement important pour la formation continue qui, par définition, s’adresse à des étudiants occupant déjà un emploi. Pour c’eux-ci, le fait de se libérer et de se déplacer à un moment précis constitue souvent le coût principal de la formation à cause des pertes de revenus qu’il occasionne.

    Formation à distance et Auto-développement
On comprend facilement que l’Auto-développement s’intéresse à l’éducation à distance. Notre souci d’instrumentation (voir “L'auto-développement: Une stratégie d'instrumentation”) nous amène naturellement à des interventions de nature éducative. Comme nous l’avons souligné dans “L’Auto-développement: psychothérapie dans la vie quotidienne”, le programme Savoir Ressentir est une conséquence logique inévitable de ce volet de nos interventions.

Notre implication sur le Web étant de qu’elle est, il n’est pas étonnant de voir apparaître une version “Online” du programme Savoir Ressentir et, bientôt de son complément “Maîtriser l’expression efficace”. En fait, ce sont même les découvertes faites depuis l’introduction du premier qui nous amènent à publier “L’expression efficace” d’abord dans sa version Internet. Ce médium permet en effet d’y intégrer des caractéristiques nouvelles que ne pouvait inclure la version originale.

Nos cours sur Internet

    Éducation enrichie
Nous parlons d’éducation à distance, mais il ne faut pas oublier que nos interventions de ce genre ne visent pas seulement la transmission d’information. Elles seraient inutiles si les connaissances proposées ne s’accompagnaient pas des habiletés nécessaires pour les exploiter efficacement dans la vie de tous les jours. Et comme il s’agit de développement personnel, on doit tenir compte de l’importance des attitudes car elles peuvent facilement faire la différence entre une utilisation efficace et une exploitation défensive des outils présentés par nos programmes.

Il s’agit donc ici d’une forme particulièrement complexe d’intervention éducative qui touche à la fois le savoir, le savoir-faire et le savoir-être. Plus encore, il s’agit d’un cheminement personnel, ce qui implique une adaptation au rythme de chaque individu, aux variations dans sa motivation et aux réactions défensives qui surviennent nécessairement en cours de route. Ce sont tous ces défis à la fois que nos programmes d’Auto-développement tentent de relever à travers un outil que chacun peut utiliser de façon autonome.

Nous savons déjà, par nos recherches cliniques et nos observations plus détaillées des cheminements individuels, que le programme parvient à agir à ces trois niveaux. Mais il reste une question importante: dans quelle mesure un tel programme permet-il d’établir une relation adéquate entre le client et l’intervenant (le professionnel, l’auteur ou l’outil) ?

    Relation thérapeutique ?
Nous savons depuis longtemps que la relation avec le thérapeute est au coeur de la démarche psychothérapique. Freud en avait clairement signalé l’importance en introduisant il y a plus d’un siècle la notion de transfert. La recherche et les autres penseurs du domaine ont depuis confirmé sans cesse l’importance de la relation entre le thérapeute et le client. Même ceux qui étaient tentés de la nier ont finalement choisi de se rallier en affirmant le caractère crucial de “l’alliance thérapeutique” pour l’efficacité de la thérapie.

L’intervention à distance, surtout lorsqu’elle se fait à travers un programme structuré qu’on suit de façon autonome, soulève de sérieuses questions par rapport à la relation entre le client et ... qui ou quoi ? La personne est-elle en relation avec un livre, un ordinateur, un être invisible et abstrait, un auteur ? Une relation aussi peu tangible est-elle suffisante pour permettre un changement personnel ? Ces questions traduisent bien les défis les plus cruciaux auxquels nous étions confrontés au moment d’entreprendre la création de cet outil.

      Accompagnement
Le fait d’accompagner la personne en comprenant bien les difficultés qu’elle rencontre et en appuyant ses efforts contribue de façon importante au développement de cette relation. Voici le commentaire spontané d’une personne qui a suivi le programme Savoir Ressentir dans sa version originale. Il permet d’entrevoir la création d’un lien réel entre le programme et celui qui s’en sert.

    "Parfois, j'ai l'impression d'être mal prise. Je tourne la page et je vous retrouve, prêts à m'aider. C'est très réconfortant."
On peut se demander qu’est-ce qui permet à un texte imprimé de suivre d’aussi près le cheminement d’un individu. Certains journalistes en ont parlé de façon plus objective en tentant de cerner les caractéristiques du programme Savoir Ressentir. Ils évoquent un être vivant et personnalisé, un guide bienveillant et souple, très respectueux de chaque individu.

    "Ce programme est interactif et... individualisé. Un psychologue vous parle, vous invite à participer à une réflexion. Il dialogue avec vous et vous propose diverses options. Selon celles que vous choisirez, il vous invitera soit à passer au paragraphe suivant, soit à sauter quelques étapes pour suivre un cheminement qui vous convient davantage."
    Raymond Bernatchez, La Presse, 18 décembre 1994
    "... grâce à un système d'embranchements différents selon le cheminement de chacun, ce programme semble accompagner le lecteur en le prenant par la main du début à la fin, lui offrant tous les choix possibles, prévoyant les embûches, répondant par anticipation à toutes ses interrogations, ses doutes ou ses incompréhensions."
    Guide Ressources, Janvier 1995
En passant à la version Internet du programme, nous avons ouvert la porte à une interaction encore plus complète. Non seulement il continue de tenir compte des difficultés et variantes prévisibles dans le cheminement individuel, mais il permet en plus de connaître immédiatement les difficultés imprévues et d’y remédier au besoin. Voici un extrait du témoignage d’une personne qui a suivi la version Online du programme. Ce point de vue résume bien l’importance de la relation qui s’établit en cours de route ainsi que son effet crucial sur le cheminement individuel.

    En cours de route, j'ai rencontré des difficultés techniques. J'ai beaucoup apprécié le support que vous m’avez donné même à ce niveau. J'en suis bien content parce que je ne me suis jamais senti seul au cours de cette démarche, que ce soit au niveau technique ou au plan personnel. Merci. C'est en partie à cause de cet excellent support que j'ai pu continuer jusqu'à la fin. Je sens vraiment que vous êtes présents pour moi!
C’est un aspect dont nous avons découvert l’importance en suivant les cheminements individuels des utilisateurs depuis un peu plus de deux ans. Il rejoint d’ailleurs un point sur lequel les études de la formation à distance insistent toujours: l’importance de l’interaction avec l’éducateur pour la qualité de l’apprentissage.

Nos observations nous laissent croire qu’une véritable relation s’établit entre “le programme” et la personne qui le suit. Chaque utilisateur semble créer un lien personnalisé avec un interlocuteur relativement précis dont la nature varie d’un individu à l’autre. Il peut s’agir d’un être abstrait, de l’auteur, d’un prolongement de la personne qui a recommandé le programme, ou même d’un ordinateur plus ou moins anthropomorphe. Cette relation est définie en grande partie par les projections du client. À cet égard, il s’agit d’un type de lien qui rappelle celui qu’on établirait avec un psychothérapeute au style plutôt passif, malgré le fait que le programme dirige et alimente continuellement la démarche.

En somme, nous avons constaté avec satisfaction que le programme était capable d’accompagner vraiment l’utilisateur comme s’il le connaissait personnellement. C’est la version Online qui nous a permis de constater l’intensité de la relation qui s’établit souvent entre le client et “son interlocuteur”. Alors qu’au départ il s’agissait du plus grand défi à relever pour créer un programme de qualité, cette relation est devenue, à l’usage, un de ses atouts importants.

      Interaction
Dans sa version originale, le programme prévoyait l’accès à un support en cas de besoin (un genre de dépannage). Mais l’expérience nous a enseigné que cette aide supplémentaire n’était presque jamais demandée. Nous en avons conclu qu’il s’agissait d’une précaution superflue qui répondait plus à une insécurité de notre part qu’à un besoin réel.

Savoir Ressentir OnlineEn offrant la version Online, nous avons créé l’occasion d’en savoir davantage à ce sujet. En effet, la personne doit remplir un bref questionnaire d’auto-évaluation à la fin de chaque leçon. Un psychologue prend connaissance de chaque auto-évaluation avant d’autoriser la transmission de la leçon suivante. Ceci nous fournit une information immédiate sur les résultats obtenus par chaque individu à chaque étape du programme.

Cette caractéristique supplémentaire de la version Online nous permet d’intervenir rapidement au besoin. Il nous arrive donc d’envoyer un message supplémentaire pour rassurer, soutenir, corriger une compréhension inexacte, inviter à reprendre autrement un exercice, ou résoudre les problèmes techniques réels ou apparents qui s’interposent à l’occasion. La personne bénéficie donc d’une supervision discrète de son cheminement en plus de profiter de la personnalisation qui est déjà inscrite dans la structure même du programme.

Nous faisons bien attention de ne pas intervenir lorsque ce n’est pas réellement nécessaire. Certaines inquiétudes sont normales au cours de la démarche et elles trouvent des réponses dans la suite du cheminement. Il est utile qu’elles soient vécues et résolues par la personne et non par une intervention magique d’un être extérieur. Mais lorsque la personne se dirige dans une impasse en s’appuyant sur une vision erronée, nous n’hésitons pas à intervenir pour la guider plus précisément.

Nous avons remarqué que ces interventions avaient tendance à créer un besoin. À compter de notre première initiative de ce genre, les personnes sont nettement plus portées à rechercher un dialogue avec le professionnel qui suit leur cheminement. Elles profitent de l’auto-évaluation pour soulever des questions, demander des éclaircissements, apporter des préoccupations parallèles, etc.

Ceci peut devenir un problème à la fois par les exigences que ces demandes font peser sur le professionnel et par la diminution apparente de la cohérence interne du programme. Nous avons pris l’habitude d’intervenir le moins possible pendant les jours qui suivent l’intervention supplémentaire. Le programme a fait les preuves de son efficacité et nous voulons limiter les interventions ajoutées qui pourraient en fausser les effets. Nous estimons qu’en modifiant la cohérence interne par l’ajout d’interventions “ad hoc”, nous pourrions avoir un effet nuisible en favorisant une dépendance envers le professionnel au détriment d’une confiance dans les outils et la capacité de les utiliser de façon autonome.


La place de l’interaction

Ces observations nous ont amenés à préciser la place de l’interaction dans nos programmes d’Auto-développement. Selon les objectifs particuliers de chaque programme, celle-ci doit prendre des formes différentes qui seront en harmonie avec le cheminement nécessaire.

    Interaction et centration
centrationLe programme Savoir Ressentir vise à développer la capacité de ressentir clairement ses sentiments ou émotions et à en tirer les informations importantes pour guider sa vie quotidienne et sa recherche de satisfaction. Il sert donc à développer un groupe d’habiletés relativement intimes: une activité psychique qui se déroule avant tout intérieurement et souvent dans un silence recueilli. Nous parlons de centration.

Pour bien ressentir, il est important de se mettre à l’écoute de soi, réceptif à des indices subtils et à des nuances qu’une action intempestive pourrait facilement faire disparaître. L’interaction avec l’environnement est alors limitée au profit d’une action intérieure qui combine l’attention ou l’accueil avec la symbolisation (traduction du ressenti en mots, en images ou en gestes symboliques). Les rapports avec les autres personnes ne sont pas facilement favorables à cette activité; ils jouent le plus souvent un rôle perturbateur en apportant des distractions qui dissimulent l’expérience principale.

    Notons cependant que la présence et l’interaction avec les autres peut avoir une réelle utilité en tant que stimulation pour provoquer l’éclosion de sentiments ou d’émotions. Mais pour la personne qui apprend à reconnaître sa vie émotive, il s’agit d’une difficulté supplémentaire qui ne facilite pas la maîtrise de l’habileté nouvelle.
Pour tenir compte du caractère essentiellement intérieur de la tâche, nous avons choisi, dans le programme Savoir Ressentir, de limiter les interactions avec les autres. Nous utilisons les personnes comme des occasions de ressentir et non comme des interlocuteurs ou des partenaires dans l’exploration de l’expérience émotive.

C’est le “journal de bord” qui sert d’interlocuteur principal dans ce programme car il est un excellent outil de centration et de symbolisation. Nous l’utilisons de diverses façons, mais toujours en tant qu’interlocuteur passif pour formuler ce qu’on éprouve ou découvre. Cet instrument demeure un fidèle compagnon du début à la fin du programme.

    Interaction et expression
Pour le programme “Maîtriser l’expression efficace”, il faut adopter une stratégie bien différente car les objectifs sont d’apprendre à réussir une expression de qualité. Sans interaction avec un interlocuteur, celle-ci serait peu fertile car elle nous priverait de plusieurs aspects essentiels à une expression réussie. Nous continuons donc d’utiliser le journal de bord comme outil de réflexion, mais nous devons lui apporter un complément lorsque vient le temps de l’expression car celle-ci est une activité essentiellement interpersonnelle.

Pour choisir les conditions d’apprentissage nécessaires au succès du programme, nous avons dû répondre à la question suivante: “avec qui ou quoi sommes-nous en interaction dans une expression réussie?” Nous savons bien qu’il s’agit avant tout de personnes, mais cette réponse est insuffisante lorsque vient le temps de définir les exercices pratiques nécessaires à l’acquisition et à la maîtrise des habiletés. Il faut connaître les fonctions ou les rôles que ces personnes auront à jouer par rapport à l’expression désirée. (On peut consulter “L'expression qui épanouit” et les chapitres 2 à 4 de L’Auto-développement.)

      Les rôles de l’autre
Il faut d’abord un destinataire: l’expression doit s’adresser à quelqu’un. Ce destinataire peut être imaginé au besoin, mais sans sa représentation subjective, l’expression reste impuissante, comme vide.

Ce destinataire doit aussi être vivant et réagissant; il faut qu’il soit un interlocuteur à cause de la stimulation qu’apporte sa réaction. Cette réaction contribue à provoquer un changement dans l’expérience et à confirmer l’efficacité de l’expression.

Il arrive souvent que cet interlocuteur soit également un complice; une personne qui appuie et comprend celle qui s’exprime. Ce rôle repose sur une ressemblance au moins partielle entre la personne qui s’exprime et son interlocuteur. Les amis sont évidemment des partenaires naturels pour assumer cette fonction.

L’expression complète suppose également la présence d’un public; plusieurs personnes qui jouent un rôle de témoins plus qu’un rôle d’interlocuteurs. Idéalement, cet auditoire est moins directement impliqué comme destinataire (cible), comme interlocuteur (réagissant) ou comme complice (support). Il est dans une position plus neutre et agit en quelque sorte comme représentant de ce qu’on pourrait appeler “les autres” ou “la société”.

      La concrétisation de ces rôles
Au départ, nous avions envisagé d’utiliser les personnes disponibles dans l’entourage de chaque individu pour jouer ces divers rôles. Nous pouvions en effet inclure des instructions précises dans chaque exercice afin de nous assurer que la personne fasse ses expériences avec les interlocuteurs nécessaires à l’efficacité de son expression. Mais c’est en préparant la version Internet du programme Savoir Ressentir que nous avons découvert les merveilleuses possibilités qu’un babillard électronique pouvait ajouter à nos exercices d’expression.

Par sa nature même, un babillard électronique joue facilement le rôle de public. Il représente un lieu où notre expression est nécessairement exposée au regard des autres, de la société. Il nous permet de vivre les mêmes appréhensions et les mêmes difficultés qu’une expression faite devant un groupe relativement anonyme.

Mais le babillard offre en plus une variété de personnes visibles (par leur expression) qui peuvent nous ressembler ou non et qui peuvent provoquer chez nous des réactions diverses. Nous pouvons donc y trouver facilement des personnes envers qui nous avons des réactions vives à exprimer (destinataires), des individus dont nous sommes proches (complices) et des interlocuteurs capables de nous répondre.

Contrairement aux listes de discussion par courrier électronique, le babillard accumule les messages jusqu’à ce que leur nombre fasse disparaître les plus anciens. La richesse du groupe qui s’offre à nous dans un babillard est donc toujours plus grande que celle de la liste (qui semble disparaître complètement chaque fois que la discussion se calme). Pour un programme que chacun suit au moment de son choix et au rythme qui lui convient, cette permanence des messages représente un avantage de taille.

Maîtriser l'expression efficacePar ailleurs, nous avons choisi d’utiliser un babillard distinct réservé aux personnes qui suivent le programme “Maîtriser l’expression efficace” plutôt que d’inviter les participants à utiliser un babillard public. Ceci permet à chacun de mieux comprendre le sens des tentatives de chacun et évite sans doute un grand nombre de problèmes inutiles et de malentendus. (On sait combien ils peuvent être fréquents et destructeurs dans un tel univers.)

Ces réflexions nous ont amenés à repenser complètement les activités d’apprentissage et les exercices du programme sur l’expression en y ajoutant une utilisation systématique du babillard. Presque chacune des leçons comporte une tâche particulière à faire sur le babillard. C’est la raison pour laquelle la sortie de ce programme a tant tardé: il nous a fallu revoir chaque leçon pour en déterminer le volet babillard et créer les directives appropriées à chaque tâche.

C’est aussi cette raison qui nous amène à publier d’abord la version Online de ce programme. En fait, l’importance du babillard nous semble tellement grande que nous prévoyons l’ajouter à la version sur papier (ce qui crée de nouvelles difficultés assez complexes).
Conclusion

La création des programmes d’Auto-développement était une très vaste entreprise dont le succès nous a souvent semblé douteux. La publication de Savoir Ressentir a été pour nous une victoire importante et l’occasion d’une découverte précieuse. Elle nous a permis en effet de confirmer qu’il était possible de créer une intervention de développement personnel dont l’efficacité résidait dans sa construction et ne nécessitait pas la présence d’un professionnel.

Nous avons pu nous appuyer sur ces certitudes pour entreprendre la mise au point de la version Online du même programme. Mais c’est cette dernière qui nous a permis de connaître de façon beaucoup plus intime les détails du cheminement de nos participants et de découvrir les qualités supplémentaires qu’apporte une interaction, même limitée, entre l’utilisateur et les responsables. Ces découvertes, à leur tour, nous ont encouragés à modifier radicalement les interactions prévues dans le programme “Maîtriser l’expression efficace” afin d’y intégrer l’utilisation systématique du babillard électronique comme lieu d’expérimentation et d’entraînement.

Dans le troisième article de cette série, je ferai le point sur un autre volet de nos interventions par Internet: la consultation individuelle à moyen terme. Il s’agit sans doute de la partie la plus délicate de nos expériences sur le Web et, peut-être, de celle dont les perspectives d’avenir sont les plus importantes.

Jean Garneau
Ressources en Développement

Retour au menu


En plus de...


Vous pouvez réagir à cet article ou en discuter avec les autres lecteurs...


Vous pouvez lire...


Vous pouvez utiliser...


Vous n'avez pas encore trouvé ce que vous cherchiez ?

Retour au menu

ReD Tous droits réservés © 2003 par Ressources en Développement inc.
Nous n'exprimons aucune opinion concernant les annonces google
Si vous voulez reproduire ou distribuer ce document, lisez ceci
Communiquer avec ReD
Pour aller plus loin
dans votre exploration !