Ressources en Développement
Les psychologues humanistes branchés !



Aux sources du transfert
Par Michelle Larivey , psychologue

| Avant d'imprimer ce document | Mise en garde | Retour à l'article | Autres articles |



Vos questions et nos réponses



Vous avez une question qui demeure sans réponse ?










Question: Noeuds et répétition

    Ça fait dix fois que je vis le même échec. S'agit-il d'un noeud?


Réponse

Une de nos caractéristiques remarquables, nous les humains, c'est notre capacité de répéter longtemps le même comportement après avoir constaté qu'il ne donne pas ce que l'on souhaite. Faire le même type de préparation pour ses examens alors qu'on en a constaté l'inefficacité. Chercher à obtenir un geste de l'autre en répétant la même rengaine qui ne donne rien. Adopter la même attitude pour atteindre l'autre, même si ça ne réussit jamais. Quelle explication donner à cela quand on est certain, par ailleurs, qu'il ne s'agit pas d'un manque d'intelligence?

Le fait de répéter est certainement un signe de ténacité et lorsqu'on est tenace c'est qu'on tient à quelque chose. Mais la répétition stérile met aussi en lumière deux autres caractéristiques:
  1. l'absence d'évaluation sérieuse de la situation et

  2. l'attente d'une solution venant de l'extérieur de soi. On n'essaie pas réellement de comprendre pourquoi cela ne marche pas. On se contente souvent d'explications comme:

      "C'est l'autre qui est entêté !"

      "C'est la situation qui n'a pas de sens !"

    On se comporte comme si cette fois quelque chose allait magiquement se passer pour changer le cours des choses.

      "J'étudie à la dernière minute, mais cette fois (je ne puis dire pourquoi) j'assimilerai très bien la matière."

      " Je boude parce qu'elle me critique encore mais cette fois elle va peut-être comprendre combien c'est difficile pour moi et enfin cesser."
Trois caractéristiques sont toujours présentes dans ce que j'appelle un "noeud".
  1. D'abord, la ténacité: elle révèle l'importance du sujet pour nous.

  2. Une certaine inconscience du besoin. En effet, au lieu de jeter un regard lucide sur soi pour se rendre compte qu'on "se comporte de la même façon" et qu'on "cherche la même chose" dans toutes les situations, on se contente de porter un regard critique sur les autres. Ce n'est pas moi qui cherche à être aimé, ce sont les autres qui sont généralement froids. Ce n'est pas moi qui supporte mal la critique, ce sont les autres qui portent trop de jugements. Ce n'est pas moi qui me boycotte en étudiant à la dernière minute c'est le professeur qui fait des examens débiles. Etc...

  3. La responsabilité de ma satisfaction est entre les mains des autres. Je suis en effet convaincu que c'est le monde extérieur qui doit changer pour que je sois satisfait puisque c'est lui qui a tort. Si mon patron avait un meilleur caractère, je n'aurais pas toujours l'impression que je lui tape sur les nerfs et que je ne suis pas tellement aimable. Si mon épouse ne portait pas des jugements sur tout nous aurions une relation beaucoup plus harmonieuse, etc... Mon épouse ne cesse de me répéter qu'elle ne veut pas renoncer à son jugement parce que je suis susceptible. Elle soutient que l'acceptation inconditionnelle n'est pas le critère de l'amour. Qu'à cela ne tienne: je continue de souhaiter qu'elle change.
Ainsi, tout est en place pour assurer la répétition du scénario. Comment peut-on le changer? En changeant son propre rôle plutôt qu'en s'acharnant à demander à l'autre d'en jouer un autre. Essentiellement, la solution c'est de prendre son propre besoin en charge et l'assumer vraiment plutôt que de faire reposer notre satisfaction sur la collaboration ou la générosité de l'autre. Ce n'est pas nécessairement facile, mais c'est quand-même dans cette direction qu'il faut chercher, quitte à demander l'aide d'un professionnel pour y parvenir.



Question: Dénouer ou couper le noeud

    En lisant les articles, j'ai eu l'impression que couper les noeuds était une mauvaise solution. Pourtant, j'ai l'impression d'avoir essayé tellement longtemps, en vain, de réussir mon mariage que je ne vois pas d'autre solution que de nous séparer. Y aurait-il autre chose à faire que je n'ai pas vu?


Réponse

Quand on a l'impression d'avoir tout essayé pour qu'une relation soit nourrissante et intéressante, sans y arriver, il n'y a peut-être pas d'autre solution que de cesser de chercher satisfaction dans cette relation. Cela vaut autant pour les relations amoureuses ou d'amitié que pour les relations de travail.

Avec les textes sur les noeuds, j'ai voulu expliquer qu'il n'y avait pas seulement deux solutions possibles quand on se trouve dans un noeud: renoncer à ses besoins viscéraux (ce qui équivaut à renoncer à soi) ou renoncer à la personne à laquelle on tient. Si ces deux solutions sont les plus fréquentes, c'est d'abord parce qu'on comprend mal ce qui est en cause dans ces noeuds. C'est aussi parce qu'on assume mal la responsabilité d'y trouver réponse, même lorsqu'on connaît ses besoins,

Mais ce n'est pas toujours le cas. Il arrive souvent que l'on sache très bien de quoi on a besoin dans une relation ou dans un milieu de travail et qu'on n'arrive pas à l'obtenir, même en essayant d'une manière qui, en principe, devrait être efficace. Il arrive même souvent que les autres ne nous suivent pas lorsque nous changeons nous- mêmes pour vivre davantage selon nos standards et mieux tenir compte de nos besoins. On constate alors qu'ils ne sont pas intéressés à cette façon d'être en relation.

    "Je veux que nous parlions davantage de ce que nous vivons l'un face à l'autre, j'essaie de parler des vraies choses, mais mon compagnon refuse et se soustrait à mes tentatives."

    "Je fais des gestes pour qu'il y ait plus de tendresse entre nous. Je lui demande parfois de me prendre. Il n'aime pas me toucher en dehors des relations sexuelles."

    "Je lui ai dit à mainte reprises combien elle n'écoute pas quand je lui parle des choses importantes à mes yeux. Il n'y a rien à faire. C'est son petit monde à elle qui compte."

À force de rencontrer un mur et lorsqu'on est certain d'avoir tout essayé pour communiquer l'importance de ses besoins, l'importance que l'autre a pour nous, il faut parfois conclure qu'il n'y a pas d'autre chose à faire que de changer de cap. L'important, c'est d'avoir la certitude qu'on a posé les gestes appropriés au lieu d'attendre passivement. (Voir "Ne vous séparez jamais sans...")

La séparation est souvent une question de qualité de vie, mais souvent aussi c'est une question de survie. Qui n'a pas été bouleversé devant la destruction mutuelle des conjoints dans "Qui a peur de Virginia Wolf"? Qui n'a pas remarqué avec tristesse, en souhaitant ne jamais leur ressembler, les vieux couples éteints? Dans le cas de Virginia Wolf les conjoints n'ont pas renoncé à leurs besoins, mais chacun s'entête à utiliser toujours les mêmes stratagèmes stériles. Quant aux membres du couple mort, ils ont renoncé à la satisfaction de leurs besoins.



Question: Mon mari est mon père

    Je suis maintenant convaincue que je cherche chez mon mari ce que je n'ai jamais pu obtenir de mon père: la tendresse. Je trouve chez lui certaines caractéristiques de mon père: il est très intelligent, exigeant et assez rude. J'apprécie beaucoup de choses de lui, mais le manque de douceur est terrible à la longue. Il n'aime pas que je le prenne pour mon père. Moi aussi je me trouve un peu puérile.


Réponse

Selon ces critères, nous sommes tous puérils. Toutes nos relations importantes comportent des noeuds et ces noeuds ont commencé avec nos parents. C'est une réalité "incontournable"!

On est quand même très avancé quand notre besoin est aussi clairement identifié et quand l'importance de notre interlocuteur est aussi bien cernée. On sait que l'autre, pour certains de nos besoins, est un interlocuteur équivalent à notre parent. Il est alors possible d'en tenir compte. On peut le faire en montrant notre besoin plus qu'on ne l'a montré avec notre parent. C'est en effet souvent le début de la solution car nous n'avons pas exprimé nos besoins les plus importants à nos parents. On peut en tenir compte aussi en prenant des initiatives nouvelles pour répondre à ce besoin. Enfin, on peut tenter de vivre maintenant, avec notre parent, ce que nous n'avons pas assez vécu autrefois.

Le fait de comprendre clairement que l'autre est équivalent à un parent nous aide à adopter ces nouvelles façons d'agir. Mais il contribue également à assainir la relation en établissant clairement les vrais enjeux.

Par exemple, si mon conjoint sait que mes réactions ne s'adressent pas uniquement à lui, mais aussi à mon parent avec qui j'ai des choses à compléter, il pourra recevoir mon expression de façon plus sereine. Il comprendra mieux aussi comment mes réactions ne sont pas si démesurées qu'elles peuvent le paraître à première vue. S'il se considère moins complètement responsable de ma réaction, il lui sera plus facile de me laisser la vivre et en prendre la pleine responsabilité. Cette passivité relative pourra m'aider à parvenir à une vraie solution, car ce n'est qu'en m'assumant pleinement avec mes besoins devant mes vrais interlocuteurs que je parviendrai à dénouer mes noeuds.



Question: Conjoint en crise pouvant mener à la séparation

    Comment aider mon mari qui passe par une remise en question totale de sa vie? Il a 40 ans. Il se dit insatisfait de sa vie et de ce qu'il est devenu. Il se renferme et refuse d'en discuter avec moi parce que dit-il, je ne peux pas le comprendre. Je crains que sa démarche nous mène à la séparation.


Réponse

Les environs de la quarantaine sont un moment de remise en question. C'est heureux que nous fassions cela, parce qu'à bien des points de vue, il est encore temps de réajuster notre tir et de corriger ce qui ne nous satisfait pas dans notre vie. On peut ainsi éviter de la terminer dans l'amertume. C'est une démarche bien solitaire, toutefois. Même quand les deux membres du couple sont du même âge, cette remise en question ne se fait pas nécessairement au même moment.

Quand il y a des chances que le noeud de l'autre se dénoue dans la séparation, je suis nécessairement concernée. Il est possible que mon conjoint réagisse mal à une offre de ma part de "l'aider" alors que je fais partie de son problème. Dans ce cas, il vaut mieux que je fasse, de mon côté, une évaluation de notre vie à deux. Si l'un des partenaires pense à se séparer c'est que le couple ne va pas si bien. Ou bien les deux vivent des insatisfactions importantes, ou bien seul celui qui veut se séparer en vit. Dans les deux cas les deux ont avantage à faire une sérieuse auto-évaluation.

Même si l'autre, alors qu'il est en remise en question de sa vie et de sa vie de couple, ne veut pas se confier à moi, je crois que je peux faire beaucoup pour le comprendre. D'abord, en tant que partenaire de vie, je dispose de beaucoup d'information sur sa qualité de vie et en particulier sur sa qualité de sa vie avec moi. Ensuite, le connaissant bien, je puis faire un exercice d'empathie: tenter de me mettre dans sa peau pour essayer de voir depuis "son intérieur", sa vie et sa vie avec moi.

Si je fais cela sincèrement et honnêtement, il y a de bonnes chances que je l'aborde autrement dans cette situation délicate. Je n'offrirai pas de l'aider. J'apporterai mon point de vue sur les problèmes que nous avons ensemble. Je serai ouverte à l'entendre réellement (sans lui apporter de solution) sur les insatisfactions qu'il vit avec moi et en dehors de moi. Je voudrai vraiment le comprendre pour être en mesure au moins de faire ma part afin que notre vie à deux soit plus satisfaisante.

Au-delà de cela, je crois que même si cela est très difficile, il est important de laisser à l'autre toute la liberté de faire sa démarche de remise en question, y compris de sa vie avec nous.



Vous avez une question qui demeure sans réponse ?

Vous avez une question qui demeure sans réponse ?
Deux options vous sont offertes:


  1. Une question personnelle à laquelle vous voulez une réponse individuelle.

    Le psy virtuel est à votre disposition. Pour 50$ (canadiens) un de nos psychologues consacrera 30 minutes à vous répondre s'il estime pouvoir vous être vraiment utile. Il s'agit d'un genre de consultation individuelle et vous aurez la réponse en 3 jours.

    Voyez les détails ici: http://redpsy.com/virtuel/question.html


  2. Une question de clarification ou d'approfondissement dont la réponse est publiée sur le site.

    Les auteurs des articles répondent gratuitement aux questions d'intérêt général. Les réponses sont des principes généraux dont chacun doit évaluer la pertinence pour sa propre situation. Il s'agit d'une intervention éducative et non d'une consultation personnelle. Les psychologues répondent à la fin du mois aux questions qui concernent l'article du mois courant. Ils répondent aux autres questions au moment qui leur convient.

    Il vous suffit de nous faire parvenir votre question à


Pour aller plus loin dans votre exploration !
Vous pouvez discuter de cet article avec les autres lecteurs...

Vous pouvez lire...

Vous pouvez lire dans Images intérieures:

Vous pouvez aussi vous servir de:

Pour trouver autre chose sur notre site
    Rechercher:
Vous n'avez pas encore trouvé ce que vous cherchiez ?

Pour en savoir davantage sur la question, ou sur un thème particulier traité dans cet article, vous pouvez poursuivre votre recherche avec nos outils préférés.

Cliquez pour poursuivre votre recherche.

Retour au menu

ReD Tous droits réservés © 1998-2005 par Ressources en Développement inc.
Nous n'exprimons aucune opinion concernant les annonces google
Si vous voulez reproduire ou distribuer ce document, lisez ceci
Communiquer avec ReD