ReD
Infopsy
Ressources en Développement
Les psychologues humanistes !


Vous voulez...

... imprimer ce document ?
... distribuer ce document ?
... lire d'autres articles ?

Mise en garde
Menu principal de ReD

"La loi Rochon sur le tabac"
Une atteinte à notre liberté !

(Commentaire)

Par Jean Garneau, psychologue

Ce commentaire est tiré du magazine électronique
" La lettre du psy"
Volume 2, No 6: Juin 1998


Résumé

Jean Garneau réagit à "la loi Rochon sur le tabac" en tant que psychologue humaniste. Il est préoccupé par les conséquences d'une telle décision sur la liberté des citoyens. Il y voit un profond mépris de ces derniers et une subtile déshumanisation. Voyez pourquoi il croit qu'une loi imposant un même point de vue à tous est une atteinte profonde à notre liberté et par le fait même, à l'un de nos pouvoirs les plus précieux: le pouvoir de choisir notre vie.




Il y a quelques jours, l'assemblée nationale du Québec adoptait une nouvelle loi À L'UNANIMITÉ. Pour une fois, TOUS les députés sont d'accord non seulement sur un point, mais sur cet ensemble complexe que constitue une loi dont la mise en application s'étendra sur 10 ans. Quel événement!

    > Bon! De quoi je me mêle?
    > Le psychologue qui se met à faire de la politique!
    > Qu'est-ce que ça vient faire dans La lettre du Psy?
    > Attendez un peu, vous allez voir qu'il s'agit bien de psychologie...
Pour qu'on mette temporairement de côté toute partisannerie politique en faveur d'une unanimité qui se veut un message à la population, il faut qu'il s'agisse d'une décision d'une importance humanitaire vraiment indiscutable. Bannir les armes atomiques ou chimiques? Rendre efficace la lutte contre le crime organisé? Porter un coup majeur au commerce de la drogue dans les écoles? Détruire les préjugés en favorisant une connaissance directe entre les personnes?

Non, ces dossiers sont tous intéressants, mais nettement moins urgents! Et ils sont tellement complexes qu'on ne peut arriver à une décision unanime. Non, il s'agit de ce que les journalistes appellent "la loi Rochon sur le tabac". Les mérites de cette loi sont tellement évidents que tous les députés ont décidé de faire front commun!

Personnellement, ça ne m'affecte aucunement. Je ne suis ni fumeur, ni anti-fumeur et la politique m'intéresse peu. Pourquoi y consacrer le mot de la fin?

Croyez-moi, ceci n'a rien de politique. C'est vraiment comme psychologue humaniste que je réagis et ce sont les implications ainsi que les conséquences pour les personnes qui me préoccupent. En effet, il me semble inquiétant qu'il ne reste aucune voix pour souligner le profond mépris des personnes et la subtile déshumanisation qui se cache entre les lignes d'une telle décision. C'est d'autant plus alarmant que nous voyons de plus en plus de ces nouvelles lois qui imposent à tous un point de vue uniforme, présenté sous les traits du bien commun ou de la vertu. Voyons comment...

Le raisonnement est assez simple: la cigarette est dangereuse pour la santé des fumeurs et même pour celle de leur entourage. Comme l'État doit assumer le coût des soins qui découlent de l'usage du tabac (à travers l'assurance maladie), il se considère en droit d'avoir des exigences sur l'usage de ce produit nocif. Puisqu'on n'ose pas interdire complètement (rendre illégal) l'usage de la cigarette, on s'appuie sur l'interdiction de fumer dans les endroits publics, sur la limitation des lieux où on peut se procurer du tabac et sur l'interdiction de plus en plus complète de la publicité sur ces produits. On espère qu'en conséquence les gens, surtout les jeunes, fumeront moins et qu'à long terme on diminuera les frais des services médicaux.

Pourquoi m'en faire avec ça? Je ne suis pas personnellement concerné! Pourtant, je deviens inquiet lorsque je pense à la variété de secteurs de notre vie où on pourrait tenir le même raisonnement, avec des arguments semblables et tout aussi pertinents. Imaginons un peu ce qui nous attendrait si...

Imaginez si on appliquait les mêmes principes à la consommation d'alcool qui, comme chacun sait, est à l'origine de nombreux problèmes de santé, de la majorité des accidents de la route, d'une panoplie de problèmes sociaux et conjugaux. Les coûts de tous ces problèmes sont aussi élevés que ceux du tabac. Pourquoi ne pas interdire complètement la consommation d'alcool dans les endroits publics, de même que la vente et la publicité? Après tout, c'est à peu près ce qu'on faisait à l'époque de la prohibition et ce n'est pas si loin de ce qu'on fait déjà.

Et pourquoi pas interdire complètement les relations sexuelles? À l'époque du SIDA, nous savons tous qu'il s'agit d'une forme de plaisir dangereux, même dans l'intimité! Et le traitement est vraiment très coûteux. L'insémination artificielle est tellement plus hygiénique et plus facile à contrôler.

Mais il y a aussi l'alimentation dont les effets sur la santé et les frais médicaux sont bien connus. On ne peut aller jusqu'à interdire de manger, mais pourquoi ne pas interdire complètement les aliments qui contiennent du gras, du sucre, du sel, ou du cholestérol et le "fast food" tandis qu'on y est. On pourrait s'inspirer des religions qui ont des exigences à cet égard depuis des siècles.

Et il ne faut pas oublier le stress, cause majeure de maladies cardiaques. Il faut l'interdire! On ne peut, bien sûr, empêcher un certain stress dans l'intimité lorsque les relations familiales sont difficiles, mais on pourrait au moins l'interdire au travail. Il suffirait de forcer toutes les entreprises à prévenir tout stress chez leurs employés. Pour s'assurer de l'efficacité de cette exigence, on pourrait forcer les employeurs à assumer les coûts de tout traitement nécessaire lorsque la prévention se serait avérée inefficace. Évidemment, il serait difficile d'imposer cette norme aux travailleurs autonomes, mais ou pourrait les considérer comme une exception. Après tout, on le fait bien en décidant qu'il est toujours permis de fumer dans les bars, les casinos et les prisons! (Humm... Pourquoi donc?)

Au bout du compte, avec toutes ces mesures, nous pourrions peut-être tous mourir en santé, sans avoir eu besoin de nous faire soigner. Et combien de décisions difficiles chacun de nous aurait évité. Quel soulagement et quelle détente! Nous saurions d'emblée ce qu'il faut faire pour demeurer en santé et nous n'aurions même pas le choix de nous y conformer.

Cette extrapolation peut vous sembler excessive. C'est de la pure fiction! Pourtant, à bien y penser, nous n'en sommes pas si loin. Même ceux d'entre vous qui ne vivez pas en Amérique du Nord, ne vous croyez pas à l'abri de cette attitude des pouvoirs publics. Voyez plutôt...

Je me souviens encore de mon étonnement lorsque j'allais à Vancouver (Colombie Britannique) il y une douzaine d'années. J'y découvrais un univers où la chasse aux fumeurs avait atteint des niveaux d'intensité et d'efficacité tellement incroyables (à mes yeux de Québécois) que ça m'apparaissait comme un harcèlement chargé de haine. Je me trouvais chanceux de vivre au Québec où de tels abus ne pouvaient exister! Pourtant, avant-même l'adoption de la nouvelle loi Rochon, l'univers dans lequel je vis maintenant est plus contraignant et dogmatique que celui qui me scandalisait tant vers le milieu des années 80.

Il me semble assez clair que de plus en plus d'organismes publics et de plus en plus de groupes de pression cherchent à prendre pour nous les décisions qu'à leur avis nous prenons mal. Et ils y parviennent de plus en plus souvent. Sous prétexte de mieux assumer LEURS responsabilités sociales, ils font des choix pour nous et décident de la façon dont nous devons assumer NOS responsabilités. De cette façon, ils s'emparent d'une des caractéristiques les plus essentielles à notre dignité d'êtres humains: notre liberté. Cette liberté qui nous permet de faire des choix individuels, de guider nous-mêmes notre vie et notre recherche du bonheur.

Pourquoi on nous vole notre liberté? C'est, bien sûr, parce qu'on estime que nous l'exerçons mal. On considère que nos critères de choix ne sont pas les bons: il devient alors nécessaire de choisir à notre place ce qui est vraiment bon pour nous.

Le problème, c'est qu'avec la liberté viennent les conséquences qui découlent nécessairement des décisions (bonnes ou mauvaises) que nous prenons. Certaines de ces conséquences sont prévues et recherchées, comme la "détente" que procure une cigarette dans une situation tendue. D'autres sont imprévues, accidentelles ou non souhaitées, comme la dépendance envers le tabac ou la maladie qui peut découler de son usage régulier sur une période prolongée.

Que les conséquences soient voulues ou non, prévues ou non, elles font partie des choix que nous faisons. Chacun de nos choix est porteur de ses conséquences, même si nous choisissons toujours avec une connaissance imparfaite du présent et de l'avenir. C'est parce que les résultats découlent en partie de ces choix que nous apportons tant de soin à prendre des décisions éclairées.

Si les conséquences étaient distribuées au hasard, indépendamment de nos actes, il serait absurde de réfléchir avant d'agir. Il serait insensé de chercher à comprendre la réalité et les situations dans lesquelles nous sommes si cette connaissance ne nous permettait pas de faire des choix qui donneront des résultats plus proches de ce que nous désirons. Sans ce lien entre nos actes et leurs conséquences, le seul comportement approprié serait une impulsivité aveugle. Pourquoi faire attention en traversant la rue si c'est seulement le hasard (et non mes précautions) qui décidera si je serai renversé par une voiture. Plus globalement, la question devient: pourquoi choisir mes actions avec soin si les résultats sont tous distribués par une loterie?

Le fait d'assumer nous-mêmes les conséquences de nos décisions et de nos actes est essentiel pour donner un sens à notre vie. Quels que soient les objectifs, les idéaux ou les besoins qui guident nos efforts, ils n'auraient aucun sens sans un lien direct entre nos actes et leurs conséquences, ainsi qu'entre nos choix réels et nos actions. La poursuite de tout objectif exige qu'on dispose d'un pouvoir au moins partiel de déterminer notre avenir; sans ce pouvoir, il devient absurde de choisir un objectif.

Lorsque quelqu'un d'autre (gouvernement, conjoint, ami, etc.) choisit d'assumer à notre place un certain nombre de conséquences de nos actes, il affaiblit d'autant notre capacité réelle de vivre pleinement. En nous privant de notre influence sur les résultats réels de nos choix, il nous retire notre capacité de rechercher efficacement notre bonheur. Il devient alors presque normal qu'il assume également notre liberté de choisir nos actes. Nous ne sommes plus compétents pour diriger notre vie et même pour choisir le sens que nous voulons lui donner.

La liberté n'est pas une sinécure: elle fait partie des quatre défis fondamentaux que nous présente notre existence d'humains. (Voir: http://www.redpsy.com/livre.html#liberté ) Mais nous en priver est une atteinte directe à notre intégrité. Lorsqu'on nous offre de nous soulager des conséquences de nos choix erronés, il est important de ne pas oublier que nous serons également privés du bénéfice qui découlerait de nos choix judicieux.

Je ne souhaite à aucun être humain de vivre dans un univers où les résultats qu'il obtient ne dépendent aucunement de ses actes. Je n'ai que faire d'un univers où je n'ai pas la possibilité de faire des erreurs ou de faire des choix différents de ceux de mes voisins. Je revendique mon droit de faire mes erreurs et d'en avoir toutes les conséquences. C'est par là que j'obtiens ma capacité de réussir ma vie et de choisir dans quels termes je veux lui donner un sens et l'évaluer.

Non merci, je ne veux pas être protégé des conséquences de mes actes et de mes choix. J'aime autant une prison de brique avec des barreaux en métal! Au moins on pourra y fumer sans que ce soit illégal...

Jean Garneau
juin 1998

Retour au menu



Pour trouver autre chose sur notre site !
    Rechercher:

Vous n'avez pas encore trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous pouvez poursuivre votre recherche avec nos outils préférés !

Cliquez pour poursuivre votre recherche.

Retour au menu


ReD Tous droits réservés © 1998, 1999 par Ressources en Développement inc.
Nous n'exprimons aucune opinion concernant les annonces google
Si vous voulez reproduire ou distribuer ce document, lisez ceci
Communiquer avec ReD